Mission Hydrosyra 2019

Une nouvelle page d’histoire byzantine à Syracuse. Recherches autour de l’aqueduc du Galermi

Dans le cadre du projet Amidex WaterTraces, la mission Hydrosyra du Centre Camille Jullian a effectué une campagne de relevés et de prospections sur l’aqueduc du Galermi (Syracuse, Sicile) entre le 1er et le 14 juillet 2019.

Regard du Grottone

Regard du Grottone

L’équipe était composée de

  • Sophie Bouffier (coordinatrice)
  • Vincent Dumas, Marcello Turci et Giovanni Polizzi (CCJ)
  • Vincent Ollivier et Michel Fontugne (LAMPEA)
  • Olivier Bianchimani (Septentrion)

La mission a concentré les travaux sur la poursuite du relevé photogrammétrique, notamment celle d’un tronçon antique aujourd’hui désaffecté, rare opportunité pour un aqueduc utilisé depuis plus de 2 millénaires et qui a connu de nombreux remaniements. Le relevé a été assuré par Olivier Bianchimani (Association du Septentrion), en collaboration avec Pierre Drap (LSIS, CNRS/AMU) ; On a ainsi mis en lumière le tracé très irrégulier de la conduite originelle, située à plus de 25 m du plan de campagne, ainsi que les techniques de creusement du canal. La prospection de terrain a également conduit à la découverte de plusieurs signes de travail sur l’aqueduc : inscriptions peintes en rouge, qui semblent révéler le travail des géomètres pour assurer la déclivité du canal et le bon écoulement de l’eau vers la ville de Syracuse. Par ailleurs, l’étude hydrogéologique a été poursuivie et a conforté les résultats des campagnes antérieures sur les captages mis en place par les commanditaires antiques.

Une première lecture de l’inscription byzantine relevée en 2016 a identifié une nouvelle phase de l’ouvrage : l’empereur byzantin, Constans 2, qui avait fait de Syracuse une résidence impériale et qui y a été assassiné en 668 de notre ère, avait ordonné la rénovation de l’aqueduc en 666. Un des chaînons manquants de l’histoire de l’aqueduc est donc apparue, et qui pourrait contribuer à combler le vide de notre documentation entre l’Antiquité et le 16e siècle. L’inscription, en cours d’étude la part de Vittorio Rizzone (Université de Catane), fera l’objet d’un article collectif car elle apporte des données très importantes pour l’histoire de Syracuse au 7e siècle en mettant en lumière la politique locale de l’État byzantin méconnue jusqu’alors.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.