Dighe, argini e sbarramenti. Il dominio e la gestione delle acque nell’Italia romana

Les 25 et 26 octobre 2022, une rencontre de l’Escuela Española de Historia y Arqueología en Roma-CSIC (EEHAR), était consacrée aux barrages et digues de l’Italie romaine. Elle était organisée par María Luisa Barahona Oviedo, chercheuse post-doctorale à l’EEHAR, qui a centré ses travaux sur l’hydraulique romaine, en particulier les technologies, captages des aqueducs et dérivations fluviales en Andalousie et au Portugal antiques et islamiques, et Antonio Pizzo, directeur de l’EEHAR, spécialiste de l’archéologie de la construction qui a travaillé notamment sur Augusta Emerita (Merida). Des chercheurs, majoritairement italiens, étaient invités à faire le point sur le sujet, négligé de l’historiographie, et à dresser un premier inventaire des moyens utilisés par les Romains entre l’époque républicaine et l’époque impériale pour contrôler leurs eaux, en particulier fluviales. Si l’on connaît une grande diversité des dispositifs et des typologies constructives, lesquelles évoluent au cours du temps, M. Barahona et A. Pizzo observaient que l’on avait rarement consacré une étude spécifique à ces systèmes de contrôle de l’eau. Ils avaient ainsi centré la réflexion sur trois aspects fondamentaux : la construction et les chantiers de construction, l’aménagement du territoire et les usages de ces dispositifs. Après une conférence magistrale de S. Quilici Gigli, dressant un panorama des interventions étatiques et individuelles dans la transformation des paysages d’eau, et insistant sur les compétences techniques, les décisions politiques et les moyens économiques qu’elles impliquaient, vingt-trois communications avaient été prévues. Archéologues et historiens ont ainsi fait le tour de l’Italie, portant l’éclairage qui sur le droit romain en matière de barrages fluviaux (L. Maganzani), qui sur les dispositifs découverts à l’occasion des fouilles archéologiques : sur le Tibre (P. Bellotta/ E. Bianchi et F. De Romanis), sur l’Aniene (C. Parolini) et l’Adige (D. Gangale Risoleo). Quelques communications ont également porté sur le sujet plus traditionnel des aqueducs romains (dispositifs de captage A. D. Bianco, G. Viola) et de l’alimentation des villes (M. David et E. Rossetti) ou sur le drainage des territoires (G. Cerraudo, C. Ariosto, F. Santi et M. Carcieri, F. Coletti et A. Buccellato, F. L. Rizzo). Une communication très originale a porté sur les équipements destinés à réaliser des viviers à poissons dans l’Ager Pontinus (L. Ebanista). S’appuyant sur des témoignages historiques et ethnographiques, L. Ebanista a dégagé un tableau original des pratiques de pêche pluriséculaires.

J’avais proposé une communication en décalage chronologique avec les études de cas présentées dans le colloque : « Avant Rome, des digues et des barrages dans le monde grec ? Un état de la question », que M.Barahona et A Pizzo avaient acceptée pour faire le lien avec les dispositifs du monde romain. Partant du lieu commun selon lequel la Rome antique aurait tout inventé en matière de technologie hydraulique et que le discours habituel, sur des installations difficiles à dater en raison de leur longévité et de leur curage régulier, était généralement de renvoyer au génie romain toute innovation technologique, je me suis appuyée sur les recherches récentes dans le monde grec qui tendent à montrer que des techniques embryonnaires y ont émergé. Tant dans le domaine de l’approvisionnement que de l’utilisation de l’eau, on a mis au jour des dispositifs parfois sophistiqués, antérieurs à la diffusion de la culture romaine sur ces régions. C’est le cas des installations, aménagées sur des rivières, des fleuves ou des torrents, qui répondent à deux objectifs principaux.  Dans certains cas, et essentiellement dans l’espace urbain, ils sont destinés à empêcher les débordements et les crues de nuire aux constructions publiques, artisanales ou domestiques. Les archéologues les ont mis en évidence à Locres Epizéphyrii ou à Agrigente comme à Délos, et la pratique en est assez diffusée. Dans d’autres, ils ont permis d’orienter l’eau pour la diriger vers un aqueduc, une citerne, ou autres installations de récupération des eaux. Cet endiguement dans des milieux parfois arides ou insuffisamment dotés en eau pérenne a permis d’accroître et de réguler la ressource. Le dispositif a été mis en lumière sur plusieurs sites, comme à Délos ou à Syracuse. La communication a ainsi dressé un bilan de ces dispositifs dans le monde grec, que ce soit dans le monde égéen, en Grande Grèce ou en Sicile, et proposé un focus sur l’aqueduc syracusain du Galermi où un barrage de retenue a été identifié à l’un des captages de l’installation.

Le colloque doit être publié dans le courant de l’année 2023 dans les publications de l’EEHAR.

SeBNA – Water distribution systems in the ancient world: forms of continuity, permanence and subsistence in contemporary society

L’université d’Aix-Marseille a le plaisir d’accueillir au Centre Camille Jullian (UMR 7299) Marina Covolan, post-doctorante du consortium européen CIVIS3i dans le cadre d’un appel à candidature CIVIS3i, dont le projet est intitulé SeBNA – Water distribution systems in the ancient world: forms of continuity, permanence and subsistence in contemporary society.

Cette recherche postdoctorale, menée par Marina Covolan, s’insère dans le projet HYDRΩMED, en ajoutant un nouveau contexte sur lequel réfléchir et discuter collectivement.

Aujourd’hui comme dans l’Antiquité, les systèmes d’eau et les structures qui leur sont associées, sont d’une grande importance pour la population, l’exploitation et la gestion de leur territoire. À travers l’analyse des formes et des dynamiques de la permanence, l’étude des importantes infrastructures antiques d’approvisionnement et de distribution de l’eau permet d’analyser les solutions techniques adoptées et de comparer, dans une perspective diachronique, les caractères de continuité et de discontinuité. Une telle recherche met également en valeur le rôle que les aqueducs jouent encore aujourd’hui en tant qu’éléments d’attraction et d’agrégation de réalités culturelles et sociales, devenant des moteurs de la récupération et de valorisation du patrimoine ancien ainsi que des politiques de développement durable des territoires.

L’objectif est d’étudier, de manière complète et exhaustive, le dénommé « Acquedotto Sannitico » entre Serino et Bénévent (Campanie, Italie), mais aussi toutes les structures liées à la distribution de l’eau, tout d’abord dans les deux villes principales, Beneventum et Abellinum, qui étaient desservis par cette infrastructure, et puis également dans les établissements mineurs qui gravitent autour et dépendent strictement des ouvrages hydrauliques.

L’aqueduc est installé à partir du Ier av. J.‑C. / Ier apr. J.-C., à l’intérieur d’une zone rurale et marginale de la Campanie, un aspect qui permet d’intégrer directement la recherche aux politiques européennes et nationales actuelles sur la valorisation des territoires marginaux et ruraux à travers des initiatives durables.

La région de l’ancien Samnium est centrale non seulement pour l’histoire campanienne, mais aussi pour l’histoire romaine en général, compte tenu en particulier des deux grands centres urbains qui s’y trouvent, Beneventum et Abellinum, et qui jouent un rôle stratégique fondamental pour la Campanie. D’un côté, la ville de Beneventum, située le long de la Via Appia, est un important centre urbain qui joue un rôle de contrôle et qui est un point de passage et de connexion entre les côtes tyrrhénienne et adriatique. En effet, Bénévent est au centre d’une jonction essentielle pour les routes romaines du sud de l’Italie (par ex. Via Appia, Via Latina, Via Traiana), mais aussi pour les systèmes territoriaux, depuis l’ère Samnite, avec le status de municipium en 86 av. J.-C. et pour les siècles suivants, si l’on considère l’importance que la ville avait encore pendant les guerres gréco-gothiques et bien après avec la conquête lombarde (Torelli 2002 ; Santoriello 2015 ; Santoriello 2017b ; De Vita, Musmeci, Terribile 2020).

De l’autre côté, l’habitat de Abellinum contrôle la vallée de la rivière Sabato et donc les territoires au sud. L’histoire de la ville, suit et croise celle de Bénévent, en plus petite part, étant donné l’importance limitée d’Abellinum. De fondation samnite, la ville devient colonie romaine à l’époque de Sylla et a une certaine importance jusqu’au tremblement de terre de 346 apr. J.-C. Elle décline alors et bien que réduite, elle perdurera jusqu’à la période lombarde, lorsqu’apparaît un petit vicus, déplacé par rapport à l’habitat romain précédent (Colucci Pescatori 1996a ; Fariello Sarno 1996 ; Pescatori 2013).

Parcours de l’« Acquedotto Sannitico » entre Serino et Bénévent (elab. auteur)

En Campanie, les grands ouvrages hydrauliques subventionnés par Auguste ont beaucoup influencé l’évolution du paysage et des établissements anciens. L’imposant Fontis Augustei Aquaeductus est l’un des ouvrages les mieux connus et étudiés, pour sa longueur, son débit et le nombre élevé de villes et d’agrégats urbains qu’il atteint, grâce à ses ramifications secondaires (AAVV 1883 ; Catalano 2003). Moins connu est le tronçon appelé « Acquedotto Sannitico » qui, de Serino (basse source d’Urcioli), se développe vers le nord, dans le but d’approvisionner en eau d’abord la ville d’Abellinum, puis celle de Beneventum. Pour le dénommé « Acquedotto Sannitico », les présentes études se concentrent surtout sur les témoignages identifiés dans la ville de Bénévent et sur certaines mentions de vestiges attestés le long de son parcours et dans la ville d’Abellinum.

Ces études ne comportent pas d’analyse précise du point de vue de la construction, de la géologie ou de l’historique. Elles n’offrent pas non plus de lecture diachronique globale (Masucci 1959 ; Potenza 1994 ; Colucci Pescatori 1996b ; Cristilli 2006 ; De Feo et al. 2009 ; Vigorito 2017) et c’est précisément pour combler ce vide documentaire que ce projet de recherche et de valorisation va s’inscrire.

Pour atteindre ces objectifs, il est nécessaire de réaliser d’une part une étude archéologique de l’infrastructure et des témoignages associés, d’autre part de les intégrer dans une recherche multidisciplinaire, avec des analyses géomorphologiques, hydrogéologiques et sismologiques, pour avoir une lecture la plus complète possible du système d’approvisionnaient en eau et de sa distribution à Beneventum et Abellinum.

Cette étude est liée aussi, de manière prépondérante, à d’autres recherches menées sur ces territoires par l’Université de Salerne, en particulier par le prof. A. Santoriello qui dirige deux projets. The « Ancient Appia Landscapes » projet (http://www.aalproject.eu/), qui vise à ajouter la zone de Bénévent aux sites UNESCO (http://appiaunesco.cultura.gov.it/appia/index.php) ; le projet « Abellinum. Piano per la conoscenza, la tutela e la valorizzazione dell’antico centro irpino » (https://www.dispac.unisa.it/ricerca/focus?id=454) qui concerne la ville romaine de Abellinum et son territoire.

Un autre volet de la recherche concerne le programme interdisciplinaire sur l’aqueduc antique du Galermi à Syracuse (Sicile), intégré dans le projet HYDRΩMED. M. Covolan y collaborera pour établir des parallèles avec « l’Acquedotto sannitico ». Le dialogue avec l’équipe interdisciplinaire qui s’occupe de l’aqueduc sicilien apportera sûrement de nouvelles clefs de lecture pour l’analyse des données du projet SeBNA.

Pour en savoir plus sur :

Bibliographie

AAVV 1883: Acquedotto di Napoli, Società Veneta per imprese e costruzioni pubbliche, Bassano, 1883.

Catalano 2003: R. Catalano, Acqua e acquedotti romani: Fontis augustei aquaeductus, Napoli, 2003.

Colucci Pescatori 1996a: G. Colucci Pescatori, Abellinum romana I, in G. Pescatori Colucci (ed.), L’Irpinia antica I, Avellino-Pratola Serra, 1996, p. 97-112

Colucci Pescatori 1996b: G. Pescatori Colucci, L’acquedotto di Serino: “Fontis Augustei Aquaeductus, in G. Colucci Pescatori, E. Cuozzo, F. Barra (eds.), Storia illustrata di Avellino e dell’Irpinia, L’Irpinia antica I, Pratola Serra, 1996, p. 129-142.

Cristilli 2006: A. Cristilli, L’acquedotto romano di Pratola Serra (Avellino), in RendNap 73, p. 171-190.

De Feo et al. 2009: G. De Feo, C. Malvano, S. De Gisi, O. De Biase, The Ancient Aqueduct from Serino to Beneventum, in Southern Italy: A Technical and Historical Approach, in IWA Specialty Conference (2nd International Symposium on Water and Wastewater Technologies in Ancient Civilizations, Bari 28-30 maggio 2009), London, 2009.

De Vita, Musmeci, Terribile 2020: C. B. De Vita, D. Musmeci, A. Terribile, Ancient Appia Landscapes: paesaggi antichi e risorse attuali. Alcuni casi studio dal territorio di Beneventum, in AION, Annali di Archeologia e Storia Antica, Nuova Serie 26, 2020, p. 275-292.

Fariello Sarno 1996: M. Fariello Sarno, Abellinum romana II, in G. Pescatori Colucci (ed.), L’Irpinia antica I, Avellino-Pratola Serra, 1996, p. 113-128.

Masucci 1959: F. Masucci, Serino nell’età antica, Avellino, 1959

Pescatori 2013: G. Pescatori, Abellinum (Atripalda), in T. Cinquantaquattro, G. Pescatori (eds.), Fana, Templa, Delubra. Corpus dei luoghi di culto dell’Italia antica. Regio I: Avella, Atripalda, Salerno, Roma, 2013, p. 27-46.

Potenza 1994: U. Potenza, Gli acquedotti romani del Serino, in N. De Haan, G.C.M. Jansen (eds.), Cura aquarum in Campania (Proceedings of the Ninth International Congress on the History of Water Management and Hydraulic Engineering in the Mediterranean Region, Pompeii 1-8 ottobre 1994), Leiden, 1994, p. 93-108.

Santoriello 2015: A. Santoriello, Dinamiche di trasformazione territoriale e assetti agrari: Benevento, Paestum, Pontecagnano, in F. Longo, A. Santoriello, A. Serritella, L. Tomay, Continuità e trasformazioni attraverso l’analisi di due aree campione: il territorio beneventano e il Golfo di Salerno, La Magna Grecia da Pirro ad Annibale, Atti del 52° Convegno Internazionale di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 27-30 settembre 2012), 2015, p. 286 – 301.

Santoriello 2017b: A. Santoriello, Paesaggi Culturali nel territorio di Benevento, L’esperienza di Ancient Appia Landscapes, in Il Giornale di Kinetès, Anno I (2017), n.2., Benevento 2017, p. 21-28.

Torelli 2002: M. R. Torelli, Benevento romana, Saggi di storia antica 18, Roma, 2002.

Vigorito 2017: M. Vigorito, Approvvigionamento e distribuzione delle acque: il tratto beneventano dell’acquedotto romano di Serino, in Siris 17,2017, p. 61-79.

This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under grant agreement N° 101034324.

Ce travail a bénéficié d’une aide du gouvernement français au titre de France 2030, dans le cadre de l’Initiative d’Excellence d’Aix-Marseille Université – A*MIDEX.

La forza delle acque. Indagini su regimentazione, raccolta, distribuzione, utilizzo e significato nel mondo antico, Turin, 13-14 juin 2022

Les 13 et 14 juin 2022, le département d’études historiques de l’université de Turin organisait un colloque au terme d’un programme biennal, labellisé et soutenu par l’université sur La forza delle acque, dédié aux rapports hommes/eau/environnement. Celui-ci comprenait trois axes : l’eau comme ressource, l’eau comme danger, l’utilisation et la valeur symbolique de l’eau qui ont servi de fil rouge au colloque, intitulé La forza delle acque. Indagini su regimentazione, raccolta, distribuzione, utilizzo e significato nel mondo antico. L’objectif était d’instaurer un dialogue croisé entre historiens et archéologues autour d’une même thématique pour confronter les approches et les méthodes des uns et des autres et en dégager des points d’accroche communs, comme on le fait aujourd’hui couramment sur d’autres sujets. Trois sessions de bilans et d’études de cas nous ont été proposés.

La première, intitulée La gestion des eaux dans le monde grec: entre ressource et péril, était centrée sur les sociétés grecques et la manière dont elles avaient perçu et exploité leurs eaux. Assimilant le statut de l’eau à celui de la terre, Gianluca Cuniberti a dessiné une histoire du droit et des droits hydrauliques en partant des textes homériques et hésiodiques, puis des philosophes et en soulignant le fait que les inscriptions juridiques sur cet élément étaient rares, ce qu’a confirmé l’étude de Marcello Valente consacrée à quelques exemples de gestion des eaux publiques en Attique, pourtant la mieux documentée, et en Béotie. Daniela Marchiandi a repris le cas bien connu de l’épidémie d’Athènes au début de la Guerre du Péloponnèse, en cherchant à évaluer le rôle de l’eau dans sa propagation et en s’interrogeant sur la fiabilité des textes bien connus de Thucydide, Diodore de Sicile et de Plutarque. On rappellera à ce sujet l’article de Reine-Marie Bérard qui vient de sortir : « Nous sommes en guerre » ? », Histoire, médecine et santé [En ligne], 19 | été 2021, mis en ligne le 12 janvier 2022, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/hms/4980 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.4980. La peste d’Athènes fait toujours couler beaucoup d’encre ! De l’eau qui tue à l’eau qui délasse : en visioconférence depuis Athènes, Carmelo di Nicuolo a dressé un panorama inédit des édifices balnéaires grecs, en s’appuyant sur la synthèse à la fois dépassée et irremplaçable de René Ginouvès (Balaneutikè. Recherches sur le bain dans l’Antiquité grecque, BEFAR n° 200, Paris, 1962,) et les travaux de Monika Trümper. Du monde égéen on est passés au monde grec d’Occident. J’ai présenté les dernières découvertes sur l’aqueduc du Galermi à Syracuse (un billet lui sera consacré ultérieurement). Diego Elia a illustré par plusieurs exemples de Grande Grèce (Métaponte, Cumes, Locres Epizéphyrii, Poseidonia ou Elée) et de Sicile (Agrigente en particulier) son fil directeur : la forme de la cité grecque d’Occident a été conditionnée et modelée par la nécessité de gérer de l’eau. Idée déjà proposée par d’autres, mais Diego Elia l’approfondit et la documente de manière méthodique et magistrale.

La deuxième session était consacrée au monde romain (La gestion des eaux dans le monde romain: entre ressource et péril). Un peu plus éclectique, elle a abordé plusieurs exemples sans dresser de synthèse ou de panorama général. Dans un contexte historiographique surchargé, il est difficile de proposer du neuf sur l’hydraulique romaine ! Silvia Giorcelli a ouvert l’après-midi sur une communication à la thématique hydraulique élargie : les voies d’eau comme vecteur du commerce romain dans le nord de l’Italie. Giordana Amabili, Alessandra Armirotti et Maria Clara Conti ont présenté une étude de cas : les dernières découvertes hydrauliques de la colonie romaine d’Augusta Praetoria (Aoste). Une communication à deux voix a traité l’exemple incontournable de l’archéologie romaine : Pompéi. Federico Giletti nous a offert un point de vue original en centrant son approche sur la ville préromaine : celle-ci exploitait la nappe phréatique et distinguait alimentation publique et privée en privilégiant une exploitation collective de la ressource par le biais de puits publics. Après d’autres chercheurs cités lors de sa communication (K. Duncan Jones, Somma-Vesuvian Ground Movements and the Water Supply of Pompeii and the Bay of Naples, AJA, 2015. 119.2: 191–215 ; ou C. Monteleone, M. Crapper, and D. Motta, The Discharge of Pompeii public lacus Fountains (Water History, 2021), Marco Serino a présenté les systèmes de recueillement et de distribution des eaux et leur évolution au cours de l’histoire de la ville. Nicolo Masturzo a passé en revue les installations de la colonie augustéenne de Leptis Magna par typologie (aqueduc, citernes, fontaines) en insistant sur le rôle que certaines d’entre elles, comme l’aqueduc de 24km de longueur, avaient joué dans la propagande des notables romains en Libye.

La troisième session, consacrée à L’eau et le sacré, a offert quelques études de cas de la Protohistoire italienne à l’Antiquité classique. Cristiano Iaia a évoqué un phénomène plus que millénaire, répandu en Europe protohistorique, que ce soit en Angleterre, Irlande, France ou Europe centrale : le dépôt votif de bronzes dans des eaux courantes ou dormantes. Très diffusée en Italie, en particulier en Italie du nord, dans le Trentin ou dans les Alpes, cette pratique peut être interprétée de plusieurs manières selon que l’eau du cours d’eau, de la source ou du lac, est considérée comme une force surnaturelle, comme un point de passage vers un autre monde, un lieu de mémoire, ou comme un lieu de sépulture symbolique qui atteste le statut social du défunt. C’est ainsi que des sites comme Pila del Brancòn (Vérone) ou le lac de Viverone près de Biella ont révélé des ensembles exceptionnels. Il faudrait aussi s’interroger sur les fonctions thérapeutiques de ces corps d’eau, comme on a pu le proposer ailleurs et pour d’autres époques, en particulier aux sources de la Seine, exemple emblématique de la permanence de telles pratiques à l’époque romaine (S. Deyts, Les bois sculptés des sources de la Seine, XLII supplément à « Gallia », Éditions du CNRS, 1988). Betsey Ann Robinson a exposé le projet de l’American School of Classical Studies at Athens sur la vallée de Peirénè en en dressant le bilan historiographique : fouillé dès 1896, le quadrilatère autour de la fontaine Peirénè a révélé de nombreux vestiges sur lesquels le nouveau programme se greffe. C’est en réalité un quartier disparate, fait de structures sacrées successives (péribole romain d’Apollon avec dépôts votifs antérieurs, temple A et naïskos), artisanales avec le très intéressant atelier de travail du murex et la teinturerie ; quartier qui s’est développé autour d’une fontaine combinant toutes ces fonctions à la fois religieuses et laïques (B.A. Robinson, Histories of Peirene: A Corinthian Fountain in Three Millennia, Princeton, 2011). Valeria Meirano a dressé une synthèse des sanctuaires de Grande Grèce en relation avec l’eau. Le sujet avait été défriché dans certaines régions, comme la Basilicate dans les années 1960/1970 par Dinu Adamesteanu et ses collaborateurs (voir par ex. H. Dilthey, Sorgenti, acque, luoghi sacri in Basilicata, in: E. Lattanzi (dir.), Attività archeologica in Basilicata, 1964-1967. Scritti in onore di D. Adamesteanu. Matera, 1980: 539-557) ou esquissé pour Poseidonia (G. Tocco Sciarelli, I culti. In: A. Stazio, S. Ceccoli (a cura di), Poseidonia – Paestum. Atti del ventisettesimo Convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto-Paestum, 9-15 ottobre 1987, Tarente, 1988: 361-374). V. Meirano s’est s’appuyée notamment sur les exemples récemment étudiés de Poseidonia, lue comme une véritable cité des eaux (G. Zuchtriegel, P. Carter, M. E. Oddo (a cura di), Poseidonia città d’acqua. Archeologia e cambiamenti climatici, Paestum, 2019), Cyrène (Lorenzo Cariddi, Cirene e l’acqua, Rome, 2020), ou Tarente avec le sanctuaire de la source de Saturo et la nymphe Satyria. Puis elle a développé les découvertes effectuées par l’université de Turin au centre de l’espace urbain de Locres Epizéphyrii. Locres est elle aussi une cité des eaux, comme le soulignent les nombreux lieux de culte : Grotta Caruso, Grotta Imperatore, Vallone Milligri, ainsi que des personnages à la fois mythiques et historiques comme le lutteur Euthymos ou les nymphes omniprésentes dans la cité, et bien sûr cette remarquable aire urbaine dont on attend la publication détaillée. Marina Albertocchi, qui vient juste de publier une éclairante monographie sur le sujet (Il Thesmophorion di Bitalemi. La fase arcaica, Rome, 2022), nous a proposé une autre vision du célèbre Thesmophorion de Bitalemi. Le sanctuaire, installé à l’embouchure du fleuve Gélas nourricier de la cité et de son territoire, devrait donc refléter l’importance de cet emblème de Géla : toutefois, s’il a livré de très nombreux vases, en particulier des hydries miniaturisées, on a mis au jour peu de témoignages du rôle purificateur et régénérant de l’eau, comme les louteria et les bassins. Il faut peut-être alors envisager que les rites de purification aient eu lieu directement dans le fleuve ou à ses abords, comme on le voit dans la littérature antique. Enfin, Elisa Ercolin nous a proposé une réflexion sur les représentations de l’hydrie dans la céramique lucanienne et apulienne et le rôle que ce vase spécifique de l’activité féminine joue dans la construction de l’espace féminin domestique.

Ces journées ont donc constitué une pause régénératrice après deux années de pandémie qui nous ont coupés les uns des autres, et le plaisir de se retrouver a donné lieu à de fructueux échanges. Les communications et riches débats qui les ont accompagnés doivent être publiés par Diego Elia et ses collègues de l’université de Turin. L’ouvrage permettra de faire un bilan très utile des recherches menées sur certains sujets.

 

Une source inattendue à Tindari. Mission Watertraces 2021

Dans le cadre du programme Watertraces, une mission de relevé archéologique s’est tenue à Tyndaris en février 2021. Elle fait suite à une campagne conduite en février 2018, qui avait conduit à l’identification des traces géologiques de la résurgence des eaux (matérialisées par des concrétions calcaires) à travers les roches et avait ainsi établi un premier lien avec une citerne à proximité. En octobre 2018, c’est au cours d’une deuxième opération de terrain qu’ont été détectés, pour la première fois, les vestiges d’une ancienne source, dans le cadre d’un prélèvement d’échantillonnage des roches. Ils ont également fait l’objet d’un nettoyage complet en avril 2019.

Continuer la lecture

D’HYDRΩMED à WaterTraces

Traces d’eau entre Méditerranée et Caspienne avant l’an Mil. De la ressource au stockage

Depuis 2018, le réseau s’est prolongé pour être soutenu une nouvelle fois par la Fondation A*Midex d’Aix-Marseille Université.

Les recherches du réseau HYDRΩMED avaient mis en évidence la faiblesse de certains champs de recherches en géoarchéologie, et notamment à l’interface entre sciences de l’environnement et architecture. Que ce soit en Méditerranée ou dans les aires limitrophes, les rencontres de bilan et de questionnement menées dans ce cadre ont permis de constituer un panel de partenaires, soucieux de lancer aujourd’hui de véritables études de cas. Coordonné par Sophie Bouffier (Centre Camille Jullian), Vincent Ollivier (LAMPEA), Olivier Bellier (CEREGE) et Corinne Rousse (Centre Camille Jullian), le projet a été labellisé par la Fondation A*Midex dans le cadre de l’appel à projet Interdisciplinarité 2017/18. Il comporte 3 axes de recherche, étudiés sur plusieurs sites : Syracuse, Tyndaris (Tindari) et Solonte en Sicile, Locres Epizéphyrii et Arpi en Italie méridionale, Ostie en Italie centrale, Alexandrie en Égypte, Barbegal et Arles en Provence, et menées en partenariat avec des équipes françaises et étrangères spécialisées dans les analyses physico-chimiques. Les résultats seront intégrés à la plateforme ArkeoGis de la TGIR HumaNum adaptée pour recevoir ces data.

Continuer la lecture

L’APPROVISIONNEMENT EN EAU À SÉLINONTE (SICILE)

Martine Fourmont

MEMBRE HONORAIRE DE L’INSTITUT DE RECHERCHE SUR L’ARCHITECTURE ANTIQUE, CNRS/PARIS

f.martine1@wanadoo.fr


 

L’eau, on le sait, est un élément qui a conditionné le choix des sites habités. Les villes grecques, de Grèce propre et de la périphérie ʽ coloniale ʼ, la Sicile et Sélinonte en particulier, n’échappent pas à cette règle.

Continuer la lecture

Alla ricerca dell’acqua in Focide e Beozia!

Nell’ambito del mio percorso di dottorato sulla gestione delle acque a Solunto (Polizzi Giovanni, L’exploitation des ressources en eau dans la cité antique de Solonte – Sicile/Italie), ho potuto approfittare di una borsa di studio erogata dall’Ecole française d’Athènes, per visitare alcune tra le più note località della Grecia. Una parte del soggiorno è stata dedicata alla visita di alcuni siti d’altura posti fra la Focide e la Beozia. Si tratta di insediamenti minori, generalmente posti in cima alle colline e difesi da possenti mura. L’interesse per questi siti è dovuta alle caratteristiche del substrato geologico, che certamente dovette influire nella scelta di questi luoghi per la costruzione dei centri abitati. È probabile che, oltre a motivazioni strategiche, questi siti siano stati scelti per la presenza d’acqua che, in maniera più o meno abbondante, serviva gli abitanti. Continuer la lecture

“Arqueologías del agua. Sistemas de construcción de agua”, journée d’étude à l’Université de Grenade

Le séminaire « Arqueologías del agua. Sistemas de construcción de agua » a eu lieu à Grenade le dernier 10 novembre sous la direction de Elena Sánchez, membre du réseau HYDRΩMED, et avec le financement du Projet AQUAECO et de la Escuela Internacional de Posgrado de la Universidad de Granada.

Le séminaire a comparé les usages des eaux de différents systèmes de canalisations mis en place depuis la période romaine jusqu’à nos jours. Andrew Wilson, professeur d’Archéologie Romaine à la University of Oxford, a inauguré la discussion avec un exposé sur comment les moulins ou les scies, parmi d’autres mécanismes antiques, ont utilisé de l’énergie hydraulique pour leur fonctionnement. Ensuite, Jenny Pérez Marrero nous a présenté l’aqueduc romain de Cadix et Luis García Pulido, de l’Université de Málaga, les « acequias » (aqueducs) qui ont fourni la ville de Grenade à la période médiévale. Francisco Ruiz Ruiz, de l’Université de Grenade et du projet européen MEMOLA, a analysé les influences de l’hydraulique médiévale du sud de l’Espagne sur le développement des systèmes hydrauliques au Mexique après la conquête espagnole. Finalement, Lara Delgado Anès, de l’Université de Grenade, nous éclairé sur les résultats du projet européen MEMOLA par rapport à la récupération des systèmes traditionnels d’irrigation à la Sierra Nevada. en collaboration avec les communautés d’irrigation et les populations locales.

Le lendemain, 11 novembre, les participants du séminaire ont visité les mines d’or du Hoyo de la Campana, dont le paysage spectaculaire est le résultat de l’utilisation à l’époque romaine du système de la « ruinae montium » (type d’exploitation minière hydraulique).

Par Elena Sánchez López

Facultad de Filosofía y Letras
Universidad de Granada
18071 Granada

elenasanchez@ugr.es

Alle origini del Galermi. Un acquedotto attraverso la Storia Aux origines du Galermi. Un aqueduc à travers l’Histoire Exposition proposée au Musée Archéologique Régional Paolo Orsi, du 20 octobre 2017 au 8 janvier 2018.

Témoin de la longue histoire de la cité sicilienne de Syracuse, l’aqueduc a traversé le temps mutatis mutandis : créé pour porter l’eau potable dans la ville antique à l’époque hellénistique, il est remanié au 16e siècle par le Marquis Gaetani di Sortino qui a obtenu du Sénat syracusain la concession du canal en 1576 et le droit d’y construire des moulins à farine. Le Marquis et ses héritiers ont procédé à une série de remaniements, en particulier après le séisme de 1693, et ont installé un nombre dense de moulins, comme le mentionnent les archives de la famille. L’aqueduc est confisqué au 19e siècle pour être finalement consacré uniquement à l’irrigation. Il connaît une brève parenthèse entre 1924 et 1967 : son eau fournit l’énergie électrique à la région de Syracuse par le biais de la première centrale hydroélectrique du territoire, installée sur son cours par deux particuliers, Concetto Salonia et Vincenzo Carpenteri. Aujourd’hui la prospérité agricole du territoire est menacée par la vétusté de l’ouvrage et par le manque de financements nécessaires à sa maintenance. Pourtant cet ouvrage est unique en Méditerranée et mériterait d’être protégé et valorisé. Continuer la lecture