Nouvelle publication du réseau HYDRΩMED!

En 2020, la collection des publications du réseau s’est achevée avec le volume dirigé par Sophie Bouffier et Iván Fumadό Ortega aux Presses Universitaires de Provence:

L’eau dans sous ses états. Perceptions antiques.

https://presses-universitaires.univ-amu.fr/leau-tous-ses-etats

Résumé: L’eau n’est-elle pas un élément indispensable au développement de toute société? Et, pourtant, aucune culture n’a affronté de la même manière les défis de l’approvisionnement, du stockage, de l’utilisation et de l’évacuation de l’eau. Ce paradoxe, plus que jamais d’actualité en raison de l’urgence climatique du XXIe siècle, se décline de multiples façons lorsqu’il est appliqué au contexte fascinant de la Méditerranée antique au cours du 1er millénaire av. J.-C. Quels sont les facteurs qui poussent à l’innovation technologique, au transfert de ces technologies dans de nouveaux contextes, à leur adaptation à des conditions hydrologiques différentes ? Et quels sont les éléments qui, au contraire, favorisent la permanence de la tradition ? Comment les religions anciennes, ou plutôt la dynamique de leurs cultes, affectent-elles les usages de l’eau, sa perception symbolique ? Et comment le pouvoir politique a-t-il réglementé ces usages et instrumentalisé la construction des infrastructures nécessaires ? Le réseau HYDRΩMED, créé en 2015 à Aix-Marseille Université avec le soutien de la Fondation A*Midex, a réuni près d’une centaine de chercheurs de différentes disciplines pour discuter et répondre à ces questions et à bien d’autres encore. Le résultat en est une série de quatre ouvrages, publiés dans cette même collection éditoriale, dont L’eau dans tous ses états est le quatrième et dernier volume. De nouvelles études de cas, riches et complexes, en Provence, en Italie ou au Maghreb y sont présentées. Nous espérons ainsi apporter un regard éclairant sur les sociétés du passé pour le projeter vers un avenir toujours plus conscient et responsable des défis posés par la gestion de l’eau.

En 2019, les trois premiers volumes du programme avaient été publiés dans la même collection Archéologies méditerranéennes, aux PUP, Aix-en-Provence:

À l’heure où la disponibilité et la gestion des ressources en eau de la planète sont au cœur des discussions internationales sur l’avenir de l’humanité, on peut s’interroger sur la manière dont les sociétés antiques ont contrôlé cet enjeu, en particulier en Méditerranée. Dans une tradition historiographique qui exalte la civilisation romaine de l’eau et lui accorde une place privilégiée, les travaux menés sur les sociétés antérieures n’ont guère retenu l’attention jusqu’à présent. Le réseau HYDRΩMED propose d’orienter le regard sur l’adaptation des communautés méditerranéennes, grecques, phéniciennes ou autres, à leurs ressources hydriques. Comment ont-elles géré la pénurie ou la surabondance d’eau ? Quelles politiques ont-elles menées pour adapter au mieux leur environnement ? Peut-on distinguer politiques publiques et stratégies individuelles ? Existe-t-il des savoirs technologiques propres aux différentes cultures et peut-on observer des transferts de compétences d’une communauté à une autre ? Le présent volume cherche à répondre à ces questions à travers quatorze articles, avec un focus sur un type d’aménagement hydraulique trop souvent négligé, les citernes, alors qu’il est omniprésent sur les sites méditerranéens. Il est le premier d’une série de quatre livres nés de rencontres internationales qui ont réuni à Athènes, Palerme et Aix-en Provence, des archéologues et des historiens soucieux de mettre en lumière les stratégies hydrauliques des sociétés méditerranéennes au 1er millénaire avant notre ère.

Les sociétés antiques ont souvent imperméabilisé leurs installations hydrauliques par des mortiers, qu’il s’agisse de citernes, de canalisations, de fontaines ou de thermes, mais la recherche archéologique ne s’est emparée de cette problématique qu’à une époque récente. Quelle était la composition de ces mortiers qualifiés à tort d’hydrauliques ? Celle-ci variait-elle selon les époques, selon les régions, selon les maîtres d’ouvrage ou types d’aménagements ? Quelles étaient les techniques de fabrication ? Quid de leurs modes d’application ? Peut-on les dater et ainsi préciser leur durée et période d’utilisation ? Autant de questions que cet ouvrage veut aborder à partir d’une rencontre tenue à la Maison méditerranée des sciences de l’homme à Aix-en-Provence en 2016, dans le cadre du réseau HYDRΩMED. Archéologues, ingénieurs, chimistes, restaurateurs, et historiens explorent ici les rapports étroits que l’hydraulique antique a entretenus avec les mortiers de chaux pour répondre à la demande parfois démesurée des usagers et optimiser l’efficacité des aménagements dans des milieux naturels souvent pauvres en eau. Ils mettent ainsi l’accent sur l’hétérogénéité et la diversité des choix et méthodes mis en œuvre par les Anciens pour conserver leur eau dans les meilleures conditions. Si les études sur les mortiers utilisés dans les aménagements hydrauliques antiques suscitent de plus en plus d’attention, leur analyse archéométrique fournit un nombre de données toujours plus exhaustif et spécialisé. Pour mettre en lumière des questions transdisciplinaires et des dynamiques sur la longue durée, notre ouvrage entend contextualiser les textes et recettes transmis par la littérature antique et les comparer à la réalité des enduits de la Corinthe grecque, du Palatin romain, ou des sols de quelques villes grecques, mis au jour par l’archéologie.

Autour de la Méditerranée, dans des régions marquées par des ressources limitées, l’eau potable est une ressource indispensable et un élément de base. Sa présence a souvent conditionné l’installation d’un peuplement humain et donné naissance à des croyances et des rites destinés à la protéger et à la conserver. Aussi, après deux volumes consacrés à des questions d’histoire des techniques et des politiques hydrauliques, le réseau de chercheurs HYDRΩMED, créé par une équipe d’Aix-Marseille Université en 2015, entend-il explorer les voies religieuses et symboliques des eaux, sources et fleuves, dans les mentalités de la Méditerranée du premier millénaire avant notre ère. Fleuves, sources et fontaines sont couramment associés à des traditions mythiques et étiologiques par le biais de récits aussi bien que par des pratiques rituelles et votives. Croisant approches géologiques et usages culturels ou religieux des points de jaillissement des eaux, l’objectif de l’ouvrage est d’étudier les processus de transformation des paysages naturels autour des sources et des rivières (des grottes naturelles au développement de fontaines bâties ou à la création pure et simple de grottes artificielles). Eau nourricière, délassante, ou guérisseuse, eau-spectacle… Comment a-t-elle été parfois monumentalisée, mise en scène, voire sacralisée ? Dans quelle mesure a-t-elle été considérée comme la base de récits cosmologiques, étiologiques et mythologiques ou comme un miroir de l’identité collective d’un groupe ? Autant de questions auxquelles cherchent à répondre les auteurs de cet ouvrage collectif à partir d’études de cas répartis sur l’ensemble de la Méditerranée.

 

L’APPROVISIONNEMENT EN EAU À SÉLINONTE (SICILE)

Martine Fourmont

MEMBRE HONORAIRE DE L’INSTITUT DE RECHERCHE SUR L’ARCHITECTURE ANTIQUE, CNRS/PARIS

f.martine1@wanadoo.fr


 

L’eau, on le sait, est un élément qui a conditionné le choix des sites habités. Les villes grecques, de Grèce propre et de la périphérie ʽ coloniale ʼ, la Sicile et Sélinonte en particulier, n’échappent pas à cette règle.

Continuer la lecture

Alla ricerca dell’acqua in Focide e Beozia!

Nell’ambito del mio percorso di dottorato sulla gestione delle acque a Solunto (Polizzi Giovanni, L’exploitation des ressources en eau dans la cité antique de Solonte – Sicile/Italie), ho potuto approfittare di una borsa di studio erogata dall’Ecole française d’Athènes, per visitare alcune tra le più note località della Grecia. Una parte del soggiorno è stata dedicata alla visita di alcuni siti d’altura posti fra la Focide e la Beozia. Si tratta di insediamenti minori, generalmente posti in cima alle colline e difesi da possenti mura. L’interesse per questi siti è dovuta alle caratteristiche del substrato geologico, che certamente dovette influire nella scelta di questi luoghi per la costruzione dei centri abitati. È probabile che, oltre a motivazioni strategiche, questi siti siano stati scelti per la presenza d’acqua che, in maniera più o meno abbondante, serviva gli abitanti. Continuer la lecture

“Arqueologías del agua. Sistemas de construcción de agua”, journée d’étude à l’Université de Grenade

Le séminaire « Arqueologías del agua. Sistemas de construcción de agua » a eu lieu à Grenade le dernier 10 novembre sous la direction de Elena Sánchez, membre du réseau HYDRΩMED, et avec le financement du Projet AQUAECO et de la Escuela Internacional de Posgrado de la Universidad de Granada.

Le séminaire a comparé les usages des eaux de différents systèmes de canalisations mis en place depuis la période romaine jusqu’à nos jours. Andrew Wilson, professeur d’Archéologie Romaine à la University of Oxford, a inauguré la discussion avec un exposé sur comment les moulins ou les scies, parmi d’autres mécanismes antiques, ont utilisé de l’énergie hydraulique pour leur fonctionnement. Ensuite, Jenny Pérez Marrero nous a présenté l’aqueduc romain de Cadix et Luis García Pulido, de l’Université de Málaga, les « acequias » (aqueducs) qui ont fourni la ville de Grenade à la période médiévale. Francisco Ruiz Ruiz, de l’Université de Grenade et du projet européen MEMOLA, a analysé les influences de l’hydraulique médiévale du sud de l’Espagne sur le développement des systèmes hydrauliques au Mexique après la conquête espagnole. Finalement, Lara Delgado Anès, de l’Université de Grenade, nous éclairé sur les résultats du projet européen MEMOLA par rapport à la récupération des systèmes traditionnels d’irrigation à la Sierra Nevada. en collaboration avec les communautés d’irrigation et les populations locales.

Le lendemain, 11 novembre, les participants du séminaire ont visité les mines d’or du Hoyo de la Campana, dont le paysage spectaculaire est le résultat de l’utilisation à l’époque romaine du système de la « ruinae montium » (type d’exploitation minière hydraulique).

Par Elena Sánchez López

Facultad de Filosofía y Letras
Universidad de Granada
18071 Granada

elenasanchez@ugr.es

Alle origini del Galermi. Un acquedotto attraverso la Storia Aux origines du Galermi. Un aqueduc à travers l’Histoire Exposition proposée au Musée Archéologique Régional Paolo Orsi, du 20 octobre 2017 au 8 janvier 2018.

Témoin de la longue histoire de la cité sicilienne de Syracuse, l’aqueduc a traversé le temps mutatis mutandis : créé pour porter l’eau potable dans la ville antique à l’époque hellénistique, il est remanié au 16e siècle par le Marquis Gaetani di Sortino qui a obtenu du Sénat syracusain la concession du canal en 1576 et le droit d’y construire des moulins à farine. Le Marquis et ses héritiers ont procédé à une série de remaniements, en particulier après le séisme de 1693, et ont installé un nombre dense de moulins, comme le mentionnent les archives de la famille. L’aqueduc est confisqué au 19e siècle pour être finalement consacré uniquement à l’irrigation. Il connaît une brève parenthèse entre 1924 et 1967 : son eau fournit l’énergie électrique à la région de Syracuse par le biais de la première centrale hydroélectrique du territoire, installée sur son cours par deux particuliers, Concetto Salonia et Vincenzo Carpenteri. Aujourd’hui la prospérité agricole du territoire est menacée par la vétusté de l’ouvrage et par le manque de financements nécessaires à sa maintenance. Pourtant cet ouvrage est unique en Méditerranée et mériterait d’être protégé et valorisé. Continuer la lecture

“Opere di Irregimentazione delle Acque in età arcaica” Journée d’Etudes, 25 octobre 2017 Roma, Acquario Romano, piazza Manfredo Fanti, 47

La Journée d’Etudes “Opere di Irregimentazione delle Acque in età arcaica” qui s’est déroulée le 25 octobre 2017, a réuni plusieurs chercheurs, spécialistes et professionnels qui travaillent dans le domaine de l’archéologie de l’Italie centrale et méridionale. Le thème principal a concerné la gestion des eaux pendant l’époque archaïque. Certains des principaux vestiges archéologiques liés à l’évacuation des eaux dans le monde grec égéen et occidental, ainsi que dans le Latium ont été présentés, dont la célèbre Cloaca Maxima, objet principal de la séance de l’après-midi du colloque.

Continuer la lecture

HYDRΩMED à Solonte !

En août dernier le réseau HYDRΩMED a financé une campagne du terrain à Solonte, en Sicile, menée par des chercheurs d’Aix-Marseille Université, de l’Université de Palerme et de l’Université de Tübingen (Vincent Ollivier, Iván Fumadó Ortega, Giovanni Polizzi, Frerich Schön, Stefano Cespa). Les travaux ont compris une prospection géologique destinée à caractériser l’hydrogéologie du site aujourd’hui et dans l’Antiquité, mais ils ont prêté une attention tout particulière à l’un des édifices le plus intéressants de cette cité antique, du point de vue de la gestion de l’eau.

Continuer la lecture

Ve symposium international du projet HYDRΩMED

Le 5e colloque HYDRΩMED s’est déroulé à Aix-en-provence entre le 30 mai et le 1er juin 2016 sous le titre L’eau dans tous ses états. Il s’agissait de la dernière rencontre de l’année pour notre réseau international de recherche. Les exposés et discussions des 37 participants arrivés de sept pays différents se sont organisés en quatre sessions, une pour chaque axe de recherche du programme HYDRΩMED.

Philippe Leveau (CCJ) et Joël Guiot (CEREGE) ont ouvert magistralement la session ‘paléoenvironnement et géoarchéologie’, dans laquelle Brigitta Schütt, Jonas Berking (Freie Universität Berlin) et Vincent Ollivier (Lampea) ont contextualisé les enjeux contemporains de nos recherches sur la gestion antique de l’eau. Nicolas Maughan (Aix-Marseille Université) et Antonio Sáez Romero (Universidad de Sevilla) ont partagé leurs résultats géoarchéologiques sur des cadres géographiques régionaux et des sites différents.

Ensuite, Henning Falbusch (Fachhochschule Lübeck) a ouvert la session en dressant un bilan sur ‘Les aménagements hydrauliques et l’exploitation des ressources naturelles’ à partir de plusieurs études de cas. Estathis Chiotis (Institut de géologie et exploration minérale d’Athènes) a présenté l’exemple grec de l’ancien parcours du fleuve Ilissos à Athènes. Mark Landon (Mount Holyoke College) a mis en évidence la technologie hydraulique appliquée à Corinthe, tandis que François Quantin et Philippe Lenhardt (IRAA), Sophie Bouffier (CCJ) et Vasil Bereti (Institut d’archéologie de Tirana) offraient un parallèle avec l’une des fondations corinthiennes : le cas de la fontaine d’Apollonia. Pour la Sicile, un bilan de la gestion hydraulique de la cité indigène de Morgantina a été présenté par Alex Walthall et Jonathan Flood (University of Texas), et pour la Sardaigne Stefano Cespa (Universität Tübingen) a exposé les conclusions de sa thèse récente sur l’adduction d’eau à Nora.

La troisième session qui s’intitulait ‘De l’histoire des sciences et des techniques à l’histoire politique et économique’ a dessiné un parcours du Proche-Orient à la Méditerranée centrale, avec les interventions de Maria Grazia Masetti-Rouault et Federico Defendenti (École Pratique des Hautes Études) sur l’Assyrie, d’Ariel Bagg (Universität Heidelberg) sur Israel antique, d’Isabelle Hairy (Centre d’études alexandrines) sur Alexandrie, d’Iván Fumadó Ortega (CCJ) sur la Méditerranée phénico-punique, et de Nicolas Lamaire (Université Toulouse Jean Jaurès) sur le nord-est de l’Afrique.

Enfin, la session dédiée aux ‘Cultes et cultures de l’eau et des eaux’ a fourni un panorama complet des nouvelles recherches sur le rôle de l’eau dans plusieurs sanctuaires antiques, comme dans la partie sud de l’Olympeion d’Agrigente grâce à Elisa Chiara Portale, Monica De Cesare et Gianluca Furcas (Università di Palermo), ou le Kerameikos d’Athènes, éclairé par Jutta Stroszeck (DAI Athènes), ou le site de Locres Épizéphyrienne, exposé par Diego Elia et Valeria Meirano (Università di Torino), ou celui de Vicarello, Latium, par Rabun Taylor (University of Texas) et de Tas-Silg à Malte avec les dernières recherches de Francesca Bonzano (Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano). Ensuite, des études de cas d’utilisation des eaux ont été présentées par Enrique Díes Cusí (Universitat de València) sur des noria dans la Sardaigne punique, par Monika Trümper (Freie Universität Berlin) sur les bains de Pompei et Stabiae, et par Damien Agut-Labordère (ArScAn-HAROC) sur la distribution de l’eau dans l’oasis de Kharga à l’époque perse. En guise de conclusion, des réflexions d’ensemble sur le rôle des eaux comme limites dans la mythologie grecque et sur leur valeur sacrée dans les cultes de la Phénicie perse ont été menées, respectivement, par Cecelia A. Feldman (University of Massachusetts Amherst) et Giuseppe Garbati et Tatiana Pedrazzi (Istituto di Studi sul Mediterraneo Antico).

Les stimulantes discussions suscitées par ces présentations ont été poursuites dans une visite guidée par Philippe Leveau aux moulins de Barbegal. Nous remercions tous les participants de ce 5e colloque international HYDRΩMED pour les riches échanges scientifiques et personnelles que nous avons eu la chance de suivre et qui, nous le souhaitons, pourront se poursuivre en 2017 et 2018.

Journée d’étude sur l’aqueduc du Galermi : vie et évolution d’un aménagement hydraulique du territoire syracusain (Sicile)

C’est avec plaisir que nous vous annonçons la prochaine journée d’étude sur l’aqueduc du Galermi, qui se soutiendra le vendredi 14 octobre, à partir de 10 heures, à la salle Georges Duby de la MMSH, à Aix-en-provence.

La journée, organisée par la coordinatrice du réseau HYDRΩMED, la prof. Sophie Bouffier (AMU, CCJ), sera présidée par le directeur régional du Genio Civile de Syracuse, M. Zuccarello, et donnera lieu à la présentation des travaux conduits récemment dans le cadre du programme de recherche dirigé par Sophie Bouffier et soutenu par LabexMed (appels à projets APRIMED 2015-2016) : « HYDROSYRA – Gestion des ressources en eau d’un territoire méditerranéen de l’Antiquité à nous jours : le cas de l’aqueduc du Galermi à Syracuse »

Le programme de la journée est consultable ici :

affiche_hydrosyra_2bleu

IIIe symposium international du projet HYDRΩMED

Le IIIe symposium international du programme HYDRΩMED, intitulé « Approches géoarchéologiques et paléoenvironnementales de la gestion des ressources hydrauliques dans l’Antiquité », s’est tenu le vendredi 11 mars 2016 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence. Il a rassemblé une dizaine de chercheurs spécialistes des questions paléoenvironnementales (paléoclimatologie, paléohydrologie) et des problématiques géoarchéologiques associées à la gestion des ressources hydriques. Le colloque a été ouvert par Sophie Bouffier, directrice de la MMSH et coordinatrice du programme HYDRΩMED, et par les organisateurs de la rencontre, Julien Curie (ArScAn, Université de Paris 1) et Joël Guiot (CEREGE). Ces propos introductifs ont permis d’accueillir les chercheurs venus de France, d’Allemagne, d’Angleterre, d’Ecosse, d’Espagne et d’Autriche, en leur présentant synthétiquement les grands thèmes du programme HYDRΩMED et leur exposant les intérêts et les bénéfices scientifiques de cette rencontre qu’illustre un programme de la journée cohérent, riche et dense, avec une dizaine de communications scientifiques (d’une durée de 30 minutes chacune) séparées par plusieurs sessions de discussion.

conf climat_6 Après une communication introductive par Julien Curie qui a montré le caractère indispensable des approches géoarchéologiques et paléoenvironnementales à l’étude des ressources hydriques par les sociétés du passé, à travers différentes échelles spatio-temporelles, la première session de la matinée était consacrée aux reconstitutions paléoenvionnementales, paléoclimatiques et paléhydrologiques. Michel Magny (Université de Franche-Comté) a exposé ses nombreux et riches travaux concernant les restitutions paléoclimatiques basées sur les variations du niveau de lacs et des données polliniques et pu replacer le climat de l’Antiquité dans son contexte Holocène. Puis Joël Guiot a exposé une reconstruction du climat de l’Holocène en Méditerranée à partir de modélisations mathématiques issues de donnée polliniques. Ces deux communications ont montré les possibilités de démontrer les caractéristiques majeures des variations climatiques passées, mais également la complexité d’établir un modèle climatique certain pour la période antique, et des discussions sont toujours en cours concernant la complexité du climat méditerranéen à cette époque. Laurent Dezileau (Université de Montpellier) a poursuivi ce volet paléo-environnemental en exposant une reconstitution des crues extrêmes du Gardon (France) depuis le 14è siècle à partir d’une analyse paléohydrologique, mêlant analyses sédimentologiques et analyses géochimiques. Les approches géoarchéologiques et paléoenvironnementales se sont ensuite centré sur la région méditerranéenne à l’époque antique, avec la communication de Duncan Keenan-Jones (Université de Glasgow) sur les reconstructions paléoenvironnementales (évènements de tempêtes, variations paléohydrologiques, etc.) et les gestions de l’eau (réfections des structures hydrauliques) à travers l’étude de dépôts carbonatés préservés dans les aqueducs antiques de Rome, et celle de Gül Surmelihindi (Freie Universität Berlin) sur les facteurs environnementaux conditionnant la diffusion des technologies hydrauliques anciennes. La suite de la journée allait voir les exposés convaincants d’Herbert Weingartner (Université de Salzburg) sur l’étude de qanats anciens en Europe, particulièrement en Macédoine orientale (Grèce), à travers une approche environnementale, puis d’Hector Orengo (Université de Sheffield) sur la mise en évidence de stratégies mises en œuvre dans la gestion de l’eau et les pratiques agricoles en Espagne depuis l’Age du Bronze à l’époque romaine. S’est ensuite tenu l’exposé de Philippe Leveau (Aix-Marseille Université) et ses collaborateurs sur les dépôts carbonatés des Moulins de Barbegal et leur apport à la restitution du fonctionnement de la roue.  Enfin, la dernière session de la journée a vu les communications de Cécile Allinne (Université de Caen Normandie), qui a montré des exemples remarquables de gestion de contraintes liées à l’eau dans le monde romain (gestion de l’excès d’eau en milieu urbain et gestion des déplacementconf climats des lits fluviaux et des lignes de rivage), et de Ferréol Salomon (Université de Southampton) et ses collaborateurs sur la mise en œuvre de problématiques géoarchéologiques majeures à l’étude de la gestion de l’eau dans la ville d’Ostie (Italie) à l’époque romaine.

Le colloque s’est déroulé dans une ambiance conviviale et sérieuse, bénéficiant de l’accueil généreux de la MMSH et de l’aide d’acteurs du programme HYDRΩMED, Sabrina Hanks (gestionnaire) et Iván Fumadó Ortega (post-doctorant). Cette journée fut riche en discussions scientifiques, en échanges fournis et en controverses et débats bénéfiques, mettant l’accent sur une poursuite nécessaire de telles approches et le croisement permanent de discours et de résultats issus de nos travaux, au sein d’une recherche mutli-disciplinaire. Les actes seront proposés d’ici quelques mois aux éditions de la MMSH et/ou à l’éditeur d’une revue spécialisée.

Par Julien CURIE
Chercheur Post-doctorant – Géoarchéologue
Equipe d’Archéologies environnementales / UMR ArScAn 7041 – Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne
email : julien.curie@mae.u-paris10.fr