Une source inattendue à Tindari. Mission Watertraces 2021

Dans le cadre du programme Watertraces, une mission de relevé archéologique s’est tenue à Tyndaris en février 2021. Elle fait suite à une campagne conduite en février 2018, qui avait conduit à l’identification des traces géologiques de la résurgence des eaux (matérialisées par des concrétions calcaires) à travers les roches et avait ainsi établi un premier lien avec une citerne à proximité. En octobre 2018, c’est au cours d’une deuxième opération de terrain qu’ont été détectés, pour la première fois, les vestiges d’une ancienne source, dans le cadre d’un prélèvement d’échantillonnage des roches. Ils ont également fait l’objet d’un nettoyage complet en avril 2019.

Continuer la lecture

D’HYDRΩMED à WaterTraces

Traces d’eau entre Méditerranée et Caspienne avant l’an Mil. De la ressource au stockage

Depuis 2018, le réseau s’est prolongé pour être soutenu une nouvelle fois par la Fondation A*Midex d’Aix-Marseille Université.

Les recherches du réseau HYDRΩMED avaient mis en évidence la faiblesse de certains champs de recherches en géoarchéologie, et notamment à l’interface entre sciences de l’environnement et architecture. Que ce soit en Méditerranée ou dans les aires limitrophes, les rencontres de bilan et de questionnement menées dans ce cadre ont permis de constituer un panel de partenaires, soucieux de lancer aujourd’hui de véritables études de cas. Coordonné par Sophie Bouffier (Centre Camille Jullian), Vincent Ollivier (LAMPEA), Olivier Bellier (CEREGE) et Corinne Rousse (Centre Camille Jullian), le projet a été labellisé par la Fondation A*Midex dans le cadre de l’appel à projet Interdisciplinarité 2017/18. Il comporte 3 axes de recherche, étudiés sur plusieurs sites : Syracuse, Tyndaris (Tindari) et Solonte en Sicile, Locres Epizéphyrii et Arpi en Italie méridionale, Ostie en Italie centrale, Alexandrie en Égypte, Barbegal et Arles en Provence, et menées en partenariat avec des équipes françaises et étrangères spécialisées dans les analyses physico-chimiques. Les résultats seront intégrés à la plateforme ArkeoGis de la TGIR HumaNum adaptée pour recevoir ces data.

Continuer la lecture

L’APPROVISIONNEMENT EN EAU À SÉLINONTE (SICILE)

Martine Fourmont

MEMBRE HONORAIRE DE L’INSTITUT DE RECHERCHE SUR L’ARCHITECTURE ANTIQUE, CNRS/PARIS

f.martine1@wanadoo.fr


 

L’eau, on le sait, est un élément qui a conditionné le choix des sites habités. Les villes grecques, de Grèce propre et de la périphérie ʽ coloniale ʼ, la Sicile et Sélinonte en particulier, n’échappent pas à cette règle.

Continuer la lecture

Alla ricerca dell’acqua in Focide e Beozia!

Nell’ambito del mio percorso di dottorato sulla gestione delle acque a Solunto (Polizzi Giovanni, L’exploitation des ressources en eau dans la cité antique de Solonte – Sicile/Italie), ho potuto approfittare di una borsa di studio erogata dall’Ecole française d’Athènes, per visitare alcune tra le più note località della Grecia. Una parte del soggiorno è stata dedicata alla visita di alcuni siti d’altura posti fra la Focide e la Beozia. Si tratta di insediamenti minori, generalmente posti in cima alle colline e difesi da possenti mura. L’interesse per questi siti è dovuta alle caratteristiche del substrato geologico, che certamente dovette influire nella scelta di questi luoghi per la costruzione dei centri abitati. È probabile che, oltre a motivazioni strategiche, questi siti siano stati scelti per la presenza d’acqua che, in maniera più o meno abbondante, serviva gli abitanti. Continuer la lecture

“Arqueologías del agua. Sistemas de construcción de agua”, journée d’étude à l’Université de Grenade

Le séminaire « Arqueologías del agua. Sistemas de construcción de agua » a eu lieu à Grenade le dernier 10 novembre sous la direction de Elena Sánchez, membre du réseau HYDRΩMED, et avec le financement du Projet AQUAECO et de la Escuela Internacional de Posgrado de la Universidad de Granada.

Le séminaire a comparé les usages des eaux de différents systèmes de canalisations mis en place depuis la période romaine jusqu’à nos jours. Andrew Wilson, professeur d’Archéologie Romaine à la University of Oxford, a inauguré la discussion avec un exposé sur comment les moulins ou les scies, parmi d’autres mécanismes antiques, ont utilisé de l’énergie hydraulique pour leur fonctionnement. Ensuite, Jenny Pérez Marrero nous a présenté l’aqueduc romain de Cadix et Luis García Pulido, de l’Université de Málaga, les « acequias » (aqueducs) qui ont fourni la ville de Grenade à la période médiévale. Francisco Ruiz Ruiz, de l’Université de Grenade et du projet européen MEMOLA, a analysé les influences de l’hydraulique médiévale du sud de l’Espagne sur le développement des systèmes hydrauliques au Mexique après la conquête espagnole. Finalement, Lara Delgado Anès, de l’Université de Grenade, nous éclairé sur les résultats du projet européen MEMOLA par rapport à la récupération des systèmes traditionnels d’irrigation à la Sierra Nevada. en collaboration avec les communautés d’irrigation et les populations locales.

Le lendemain, 11 novembre, les participants du séminaire ont visité les mines d’or du Hoyo de la Campana, dont le paysage spectaculaire est le résultat de l’utilisation à l’époque romaine du système de la « ruinae montium » (type d’exploitation minière hydraulique).

Par Elena Sánchez López

Facultad de Filosofía y Letras
Universidad de Granada
18071 Granada

elenasanchez@ugr.es

Alle origini del Galermi. Un acquedotto attraverso la Storia Aux origines du Galermi. Un aqueduc à travers l’Histoire Exposition proposée au Musée Archéologique Régional Paolo Orsi, du 20 octobre 2017 au 8 janvier 2018.

Témoin de la longue histoire de la cité sicilienne de Syracuse, l’aqueduc a traversé le temps mutatis mutandis : créé pour porter l’eau potable dans la ville antique à l’époque hellénistique, il est remanié au 16e siècle par le Marquis Gaetani di Sortino qui a obtenu du Sénat syracusain la concession du canal en 1576 et le droit d’y construire des moulins à farine. Le Marquis et ses héritiers ont procédé à une série de remaniements, en particulier après le séisme de 1693, et ont installé un nombre dense de moulins, comme le mentionnent les archives de la famille. L’aqueduc est confisqué au 19e siècle pour être finalement consacré uniquement à l’irrigation. Il connaît une brève parenthèse entre 1924 et 1967 : son eau fournit l’énergie électrique à la région de Syracuse par le biais de la première centrale hydroélectrique du territoire, installée sur son cours par deux particuliers, Concetto Salonia et Vincenzo Carpenteri. Aujourd’hui la prospérité agricole du territoire est menacée par la vétusté de l’ouvrage et par le manque de financements nécessaires à sa maintenance. Pourtant cet ouvrage est unique en Méditerranée et mériterait d’être protégé et valorisé. Continuer la lecture

“Opere di Irregimentazione delle Acque in età arcaica” Journée d’Etudes, 25 octobre 2017 Roma, Acquario Romano, piazza Manfredo Fanti, 47

La Journée d’Etudes “Opere di Irregimentazione delle Acque in età arcaica” qui s’est déroulée le 25 octobre 2017, a réuni plusieurs chercheurs, spécialistes et professionnels qui travaillent dans le domaine de l’archéologie de l’Italie centrale et méridionale. Le thème principal a concerné la gestion des eaux pendant l’époque archaïque. Certains des principaux vestiges archéologiques liés à l’évacuation des eaux dans le monde grec égéen et occidental, ainsi que dans le Latium ont été présentés, dont la célèbre Cloaca Maxima, objet principal de la séance de l’après-midi du colloque.

Continuer la lecture

HYDRΩMED à Solonte !

En août dernier le réseau HYDRΩMED a financé une campagne du terrain à Solonte, en Sicile, menée par des chercheurs d’Aix-Marseille Université, de l’Université de Palerme et de l’Université de Tübingen (Vincent Ollivier, Iván Fumadó Ortega, Giovanni Polizzi, Frerich Schön, Stefano Cespa). Les travaux ont compris une prospection géologique destinée à caractériser l’hydrogéologie du site aujourd’hui et dans l’Antiquité, mais ils ont prêté une attention tout particulière à l’un des édifices le plus intéressants de cette cité antique, du point de vue de la gestion de l’eau.

Continuer la lecture

Ve symposium international du projet HYDRΩMED

Le 5e colloque HYDRΩMED s’est déroulé à Aix-en-provence entre le 30 mai et le 1er juin 2016 sous le titre L’eau dans tous ses états. Il s’agissait de la dernière rencontre de l’année pour notre réseau international de recherche. Les exposés et discussions des 37 participants arrivés de sept pays différents se sont organisés en quatre sessions, une pour chaque axe de recherche du programme HYDRΩMED.

Philippe Leveau (CCJ) et Joël Guiot (CEREGE) ont ouvert magistralement la session ‘paléoenvironnement et géoarchéologie’, dans laquelle Brigitta Schütt, Jonas Berking (Freie Universität Berlin) et Vincent Ollivier (Lampea) ont contextualisé les enjeux contemporains de nos recherches sur la gestion antique de l’eau. Nicolas Maughan (Aix-Marseille Université) et Antonio Sáez Romero (Universidad de Sevilla) ont partagé leurs résultats géoarchéologiques sur des cadres géographiques régionaux et des sites différents.

Ensuite, Henning Falbusch (Fachhochschule Lübeck) a ouvert la session en dressant un bilan sur ‘Les aménagements hydrauliques et l’exploitation des ressources naturelles’ à partir de plusieurs études de cas. Estathis Chiotis (Institut de géologie et exploration minérale d’Athènes) a présenté l’exemple grec de l’ancien parcours du fleuve Ilissos à Athènes. Mark Landon (Mount Holyoke College) a mis en évidence la technologie hydraulique appliquée à Corinthe, tandis que François Quantin et Philippe Lenhardt (IRAA), Sophie Bouffier (CCJ) et Vasil Bereti (Institut d’archéologie de Tirana) offraient un parallèle avec l’une des fondations corinthiennes : le cas de la fontaine d’Apollonia. Pour la Sicile, un bilan de la gestion hydraulique de la cité indigène de Morgantina a été présenté par Alex Walthall et Jonathan Flood (University of Texas), et pour la Sardaigne Stefano Cespa (Universität Tübingen) a exposé les conclusions de sa thèse récente sur l’adduction d’eau à Nora.

La troisième session qui s’intitulait ‘De l’histoire des sciences et des techniques à l’histoire politique et économique’ a dessiné un parcours du Proche-Orient à la Méditerranée centrale, avec les interventions de Maria Grazia Masetti-Rouault et Federico Defendenti (École Pratique des Hautes Études) sur l’Assyrie, d’Ariel Bagg (Universität Heidelberg) sur Israel antique, d’Isabelle Hairy (Centre d’études alexandrines) sur Alexandrie, d’Iván Fumadó Ortega (CCJ) sur la Méditerranée phénico-punique, et de Nicolas Lamaire (Université Toulouse Jean Jaurès) sur le nord-est de l’Afrique.

Enfin, la session dédiée aux ‘Cultes et cultures de l’eau et des eaux’ a fourni un panorama complet des nouvelles recherches sur le rôle de l’eau dans plusieurs sanctuaires antiques, comme dans la partie sud de l’Olympeion d’Agrigente grâce à Elisa Chiara Portale, Monica De Cesare et Gianluca Furcas (Università di Palermo), ou le Kerameikos d’Athènes, éclairé par Jutta Stroszeck (DAI Athènes), ou le site de Locres Épizéphyrienne, exposé par Diego Elia et Valeria Meirano (Università di Torino), ou celui de Vicarello, Latium, par Rabun Taylor (University of Texas) et de Tas-Silg à Malte avec les dernières recherches de Francesca Bonzano (Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano). Ensuite, des études de cas d’utilisation des eaux ont été présentées par Enrique Díes Cusí (Universitat de València) sur des noria dans la Sardaigne punique, par Monika Trümper (Freie Universität Berlin) sur les bains de Pompei et Stabiae, et par Damien Agut-Labordère (ArScAn-HAROC) sur la distribution de l’eau dans l’oasis de Kharga à l’époque perse. En guise de conclusion, des réflexions d’ensemble sur le rôle des eaux comme limites dans la mythologie grecque et sur leur valeur sacrée dans les cultes de la Phénicie perse ont été menées, respectivement, par Cecelia A. Feldman (University of Massachusetts Amherst) et Giuseppe Garbati et Tatiana Pedrazzi (Istituto di Studi sul Mediterraneo Antico).

Les stimulantes discussions suscitées par ces présentations ont été poursuites dans une visite guidée par Philippe Leveau aux moulins de Barbegal. Nous remercions tous les participants de ce 5e colloque international HYDRΩMED pour les riches échanges scientifiques et personnelles que nous avons eu la chance de suivre et qui, nous le souhaitons, pourront se poursuivre en 2017 et 2018.