L’APPROVISIONNEMENT EN EAU À SÉLINONTE (SICILE)

Martine Fourmont

MEMBRE HONORAIRE DE L’INSTITUT DE RECHERCHE SUR L’ARCHITECTURE ANTIQUE, CNRS/PARIS

f.martine1@wanadoo.fr


 

L’eau, on le sait, est un élément qui a conditionné le choix des sites habités. Les villes grecques, de Grèce propre et de la périphérie ʽ coloniale ʼ, la Sicile et Sélinonte en particulier, n’échappent pas à cette règle.

Fig. 1. Sélinonte (Google Earth)

Sélinonte, fondation mégarienne

Les Mégariens de Mégara Hyblaea, sur la côte orientale de l’île, fondateurs de Sélinonte (fig. 1), étaient héritiers du savoir-faire de leur mère-patrie, Megara Nysaea, qui eut des ingénieurs réputés dans la gestion de l’eau. On pensera à Eupalinos qui réalisa l’aqueduc de Samos (règne du tyran Polycrate, 540-522 a.C.).

Sélinonte a eu un temps de vie très bref au regard de l’histoire humaine, encore plus à l’échelle géologique : la date haute de fondation se place vers le milieu du VIIe s. a.C. (Diodore de Sicile, Bibl. Hist., XIII 59 4). Cette grandiose construction urbaine ne durera donc que quatre siècles, quatre siècles marqués par un extraordinaire développement aux VIe et Ve s. a.C., par l’assaut ravageur de 409 a.C. après lequel, à la suite d’une série de traités, la ville passe sous le contrôle de Carthage qui l’a détruite ; elle sera partiellement réoccupée jusqu’à sa seconde destruction, par les Romains, durant la Première Guerre Punique. Sélinonte ne fait alors plus partie de la Sicile grecque et présente un aspect mixte où se mêlent des traits puniques à la culture grecque de ses origines. Cette particularité devra être prise en compte dans l’analyse que l’on portera sur la question de l’eau, sans oublier ni les ressources naturelles, primordiales, ni la géologie, ni les évènements sismiques qui, de tous temps, ont frappé la Sicile. Contrairement à ce qui a été soutenu, la seconde destruction du site (251-250 av. J.-C.) ne correspond pas à sa mort définitive, comme le démontre la présence d’une occupation tardo-antique et médiévale.


La géologie

Comme une grande partie des sites côtiers méditerranéens, la géologie de la Sicile est caractérisée par des formations karstiques, roches carbonatées ‑‑ calcaire et gypse ‑‑ que dissout progressivement l’acidité du CO2. Le calcaire est omniprésent à Sélinonte et dans toute sa région ‑‑, le gypse se rencontre vers Santa Ninfa, donc à peu de kilomètres, et sur la côte Sud de l’île, en particulier sur le site d’Heraclea Minoa. Les Sélinontins, qui y fondèrent un nouvel établissement, ont dû rencontrer des difficultés pour construire l’habitat, comme le démontre le faible état de conservation des structures pour lesquelles ce matériau a été employé.

Le calcaire sélinontin ‑‑ de différentes qualités[1] ‑‑ a permis la construction des grands édifices cultuels, mais aussi de l’habitat, sans pour autant renoncer totalement à l’emploi de la brique et de l’argile qui constitue, avec le bois, l’autre matériau indispensable à l’activité édilitaire et à l’artisanat. Or l’argile se rencontre au contact du calcaire. Elle est imperméable et contribue à la retenue des ressources hydriques à des niveaux variés, accessibles par des forages. Les puits sont généralement creusés jusqu’aux niveaux épikarstiques, les moins profonds, qui descendent jusqu’à 5 ou 10 m et correspondent à la zone d’infiltration non saturée de l’aquifère[2]. Ces niveaux sont le réservoir d’eau principal. Des facteurs externes, climatiques, mais aussi anthropiques provoquent de grandes variations dans le niveau de ce première réserve hydrique qui peut finir par s’infiltrer plus profondément vers la zone saturée, noyée. Les puits creusés à faible profondeur s’assèchent.

Un autre phénomène concerne les zones côtières où s’observe la remontée, par siphon, de l’eau de mer dans les cavités créées par les infiltrations météoriques. Les puits perdent alors leurs propriétés premières et ne fournissent plus qu’une eau saumâtre, non consommable. Cette situation se rencontre dans l’unique puits, archaïque, de l’îlot FF1 Nord, qui ait été encore alimenté en eau au moment de son dégagement.


L’aqueduc de Bigini

L’augmentation rapide de population s’ajoute aux problèmes géologiques et climatiques. À une période difficile à préciser, probablement vers la fin du VIe ou le début du Ve s., un tyran ‑‑ on ne connaît bien ni les noms ni l’ordre des tyrans[3] ‑‑ entreprend un grand ouvrage qui consiste à capter l’eau des sources abondantes qui se trouvent sous la ville actuelle de Partanna et à la porter jusqu’à Sélinonte[4] (fig. 2). Travail de titan autant que de tyran : sur une distance d’env. 14 km, il a fallu creuser la roche, implanter des canalisations de terre-cuite, franchir collines et vallons. Dès les premières fouilles, une canalisation en plomb est retrouvée sur le plateau de Manuzza[5]. Les secteurs avec conduites en plomb, de diamètre réduit, doivent correspondent aux tronçons en montée, pour lesquels il fallait augmenter la pression.

Fig. 2. Aqueduc de Bigini (Salinas 1885)

Lors du dégagement des rues de l’acropole, dans les années 1940-1950, un sondage met en évidence une ligne de ces conduites de terre-cuite à l’angle de la rue BB1 et du grand axe Nord/Sud. J’ai retrouvé un autre segment de conduite dans la rue EE2, vers le Sud-Est. Les fouilles allemandes en ont également dégagé, en particulier dans le secteur de la Petite Porte Est[6]. La présence de ces conduites dans cette région démontre qu’elles sont antérieures à 409 a.C., et plus anciennes encore.

Fig. 3. Elménts de canalisation (Cl. N. Di Maio – Parco di Selinunte)

Les deux éléments provenant de la rue EE2 (fig. 3) ne sont plus cylindriques : ils ont été écrasés par le poids des terres supérieures, après avoir été fracturés, probablement lors du séisme du IVe s. a.C.[7]. On peut retirer de cette observation que, dans certains secteurs, ce remarquable réseau hydrique aura cessé de fonctionner, au moins partiellement. À cette cause sismique s’ajoute le dépôt calcaire important qui aura, sinon obturé, du moins réduit le flux à l’intérieur des conduites.


Les fontaines

Fig. 4. Selinunte. Fontaine du Muro a gradoni (Cl. M. F.)

Ces canalisations devaient alimenter des fontaines publiques, qui restent fort mal connues à Sélinonte. Au pied du grand mur de soutènement Est, Muro a gradoni (fig. 4), se trouve l’unique fontaine monumentale identifiée à ce jour. Elle présente des réfections complexes à des époques diverses ‑‑ qui pourraient aller jusqu’au Moyen-Âge[8]. Nous y reviendrons un jour.

L’autre point d’eau, de faible importance, se trouve encastré dans la maison qui fait l’angle Nord de la rue DD2 et du grand axe Nord/Sud. Sa forme à arcade (fig. 5) rappelle la fontaine de la Casa della cisterna ad arco de Morgantina. Il est toutefois encore difficile de savoir si cette petite fontaine correspondait avec une citerne sous la maison ou bien si elle était alimentée par les conduites dont on vient de parler.

Fig. 5. Strada DD2. Fontanine en arc (Cl. M. F.)

L’îlot FF1 Nord

L’îlot d’habitations FF1 Nord (fig. 6), situé sur l’acropole sélinontine, a été exploré principalement dans sa moitié Sud, plus des extensions au Nord. Il est constitué d’édifices qui, à l’origine, occupaient tous un lot quadrangulaire de superficie semblable, sinon identique, estimée au double du lot connu à Megara Hyblaea. Avant la destruction de 409 a.C., cet îlot était beaucoup plus étendu et descendait jusqu’aux rives du fleuve Modione, vers l’Ouest. Les investigations ont porté sur la partie de ʽ l’insula ʼ redéfinie par la construction de l’enceinte qui enserre l’acropole et réduit la surface de l’habitat à environ un dixième de ce qu’il était à la période arcaïco-classique. La déclivité est forte, avec un dénivelé d’env. 7.50 m entre les parties haute et basse, ce qui change notablement la profondeur de la nappe phréatique d’un point à l’autre.


Les puits

Pour la période antérieure à 409 a.C. seuls des puits sont connus jusqu’ici. Le plus ancien correspond à la phase proto-archaïque clairement définie par le mur et le foyer situés dans les niveaux profonds occupés par la Casa con Portico ; ce puits a été creusé en amont, à une distance d’env. 15 m, dans les premiers niveaux antérieurs à la Casa del Sacello. Il est accompagné de restes de construction mal conservés, se croisant à angle droit, selon des axes Nord/Sud et Est/Ouest. Il présente un appareil de petites pierres, avec une margelle de blocs naturels, irréguliers et plats, de plus grandes dimensions.

À la phase archaïque suivante, un autre puits de petites pierres appartient à une maison de la partie Nord de l’îlot, établie sur le lot primitif au Nord-Est de la Casa con Portico.

Fig. 6. Ilot FF1 Nord. Localisation des puits et citernes.

Les maisons classiques et les niveaux archéologiques correspondants ont pratiquement disparu à la suite de la destruction de 409 av. J.-C. ; certaines sont reconstruites ‑‑ au moins partiellement ‑‑ dans la première moitié du IVe s. et sont de nouveau abattues par un violent séisme que l’on peut situer dans le tiers médiant du siècle. Il est donc difficile de démontrer archéologiquement l’appartenance à cette période de certains autres puits qui sont réutilisés par la suite. Le puits de la Casa con Pastas fait partie de cette série, ainsi que celui situé dans l’angle Nord-Ouest de la Casa del Sacello. Terminés par une margelle en pierre, ils sont caractérisés par des anneaux de terre-cuite (fig. 7) qui chemisent le percement primitif et sont dotés de petits évidements qui facilitent leur manipulation et permettent de monter et descendre aisément lorsqu’il faut contrôler la structure.

Fig. 7. Anneau de puits (Cl. N. Di Maio – Parco di Selinunte).

Un cas particulier se trouve dans la Mezza Casa Sud-Ovest : un unique anneau de terre cuite repose sur de petites pierres qui le calent et évitent qu’il ne s’enfonce dans le terrain. Il a été rempli de sable lorsque se sont constitués les niveaux supérieurs. Il pourrait s’agit d’un point de récolte des eaux dans cette zone située dans la partie basse de l’îlot où les conduites d’évacuation des eaux pluviales sont particulièrement présentes. Il était originellement situé dans une cour dont l’espace a ensuite été occupé par une pièce fermée.

Il est difficile d’établir la date d’un point d’eau situé dans la partie Nord de ladite Casa Atelier, dont l’existence est certaine, mais dont la forme reste imprécise car l’exploration poursuivie en 2014 n’a pas permis d’en dégager la totalité. Il appartient probablement à la phase classique de ce lot et sera remployé à l’époque médiévale durant laquelle l’îlot connaît une importante réoccupation ; son orifice assume alors une forme quadrangulaire maladroitement construite, auprès de laquelle on place une cuve rectangulaire, encore visible à la surface du terrain.

Si l’on établit un schéma de la présence de ces puits par période, on constate que la zone centrale de l’îlot FF1 Nord est celle où ils sont les plus nombreux : trois se trouvent ʽ alignés ʼ selon une oblique Sud-Est/Nord-Ouest et vont trouver la même nappe phréatique. Celui situé le plus à l’Est est protoarchaïque, celui le plus à l’Ouest est archaïque, tandis que le puits au centre de cette diagonale est assurément utilisé au moins à l’époque classique ‑‑ on ne peut assurer qu’il ait existé antérieurement ‑‑, mais le restera jusqu’à 250av J.-C. ; il servira de nouveau au cours de la période médiévale.

Les citernes

L’îlot FF1 Nord conserve la trace ou la présence de trois citernes ; deux d’entre elles ont perdu leurs contours ; l’une appartient à la Casa Sud-Est, où une lourde margelle rectangulaire percée d’un orifice circulaire déformé par le passage de la corde qui servait à puiser l’eau[9] est conservée ; auprès de cette dalle évidée reste une vasque ; si le niveau de sol ne permet plus de la distinguer, la présence de cette citerne est certaine, confirmée par un dispositif d’époque médiévale visible sur des photographies de l’Archive Photographique du Musée Archéologique Régional ʽ A. Salinas ʼ de Palerme. La deuxième citerne appartenait à la Casa del Sacello où elle a été réduite à une fosse et transformée en dépotoir aux XIIe-XIIIe s. apr. J.- C.

Fig. 8. Casa NE. Couverture de citerne avec trace de colonne (Cl. M. F.)

La troisième citerne se trouve dans la Casa Nord-Est. Elle est très bien conservée et sa forme ʽ a bagnarolo ʼ, sub-ovoïdale, est caractéristique des citernes puniques. Sa particularité est d’être construite sous le portique qui agrémente la pièce Sud, pièce clairement principale de la maison. Il n’existe aucune autre citerne occupant cette position dans le catalogue établi par S. Helas dans son étude sur l’habitat punique de Sélinonte[10]. Sur les dalles ‑‑ de remploi ‑‑ qui la couvrent se lisent deux cercles gravés correspondant à la mise en place de deux colonnes (fig. 8).

Cette citerne a des dimensions moyennes : L 3 x H 2.56 x l. 1.16/1.18 m, qui ne consentent pas de constituer une grande réserve d’eau ; son volume maximal doit avoisiner les 9 m3. Elle est construite avec des blocs de calcaire dont la surface présente des incisions orthogonales pratiquées pour recevoir l’enduit hydraulique qui en garantissait l’étanchéité. Dans l’arrondi Ouest, une bouche de forme ʽ sub-rectangulaire ʼ déverse dans la citerne les eaux pluviales de la cour et probablement de la toiture, comme pour la citerne de la maison située à l’angle de la rue BB1 et du grand axe Nord/Sud ‑‑ citerne Kat. Nr. 5/5[11], dont la profondeur atteint 3.25 m. Un regard circulaire de 0.41/0.42 m est pratiqué dans les dalles de couverture, du côté Ouest ; ces dalles sont des remplois. On rappellera que les maisons de la Sélinonte punique ont très souvent des toitures en tuile, et non pas toujours en terrasse.

Si l’on élargit l’enquête à des régions extérieures à la Sicile, que se soit Carthage ou la Sardaigne, on constate que le notable développement des citernes, s’il correspond grosso modo à l’époque de Timoléon, est dû à un phénomène de réduction des ressources hydriques plutôt qu’au tyran syracusain qui doit d’ailleurs avoir peu à faire avec Sélinonte, encore moins avec les deux sites précédemment évoqués. Cet appauvrissement des ressources en eau est lié au phénomène karstique et à un changement de climat, les études démontrant une nette augmentation de la température après une période plus froide[12].

Réfrences bibliographiques

Al-Fares 2002: Al-Fares Walid, Caractérisation des milieux aquifères karstiques et fracturés par différentes méthodes géophysiques, thèse, Université de MontpellierII, 2002 (online).

Agate 2010: Agate Mauro et al., Ambiente e clima della Sicilia durante gli ultimi 20 mila anni, Il Quaternario, Italian Journal of Engeering, Geology and Environment, 23/1, pp. 21-36.

Braccesi 2003: Braccesi L., I tiranni di Selinunte, in Archeologia del Mediterraneo, Scritti in onore di Ernesto De Miro, Roma.

Fourmont 2006: Fourmont Martine, Selinunte medievale. L’acropoli alla luce degli scavi sull’isolato FF1 Nord, Schede medievali, 44, pp. 211-238.

Fourmont 20121: Fourmont Martine, La vasca selinuntina di Torre Bigini fra archivistica e archeologia, SicArch 106, 2012, pp. 106-135.

Fourmont 20122: Fourmont Martine, Selinunte punica: fra Siracusa e Cartagine (409-250 a.C.), in La città e le città della Sicilia antica. Ottave Giornate Internazionali di Studi sull’area elima e la Sicilia Occidentale nel contesto mediterraneo, Pisa 18-21 dicembre 2012, Scuola Normale Superiore, sous presse.

Guidoboni 2002: Guidoboni Emmanuela et al., A Case Study in Archaeoseismology. The Collapses of the Selinunte Temples (Southwestern Sicily). Two Earthquakes identified, Bull. of the Seismological Society of America, 92/8, pp. 2961-2982.

Helas 2011: Helas Sophie, Selinus 2. Die punische Stadt auf der Akropolis (DAI, Rom, Sonderschriften 15), Wiesbaden.

Incarbona 2010: Incarbona Alessandro et al., Ambiente e clima della Sicilia durante gli ultimi 20 mila anni, Il Quaternario, Italian Journal of Quaternary Sciences, 23/1, 2010, pp. 21-36.

Mertens 2003: Mertens Dieter et al., Selinunte 1. Die Stadt und ihre Mauern (DAI, Rom, Sonderschriften 13), Wiesbaden.

Peschlow-Bindokat 1990: Peschlow-Bindokat Annaliese, Die Steinbrücke von Selinunt. Die Cave di Cusa und di Cave di Barone, Mayence/Rhin.

Salinas 1885/1976: Salinas Antonino, Gli acquedotti di Selinunte, in Scritti scelti (a cura di V. Tusa), rééd. 1976, Palerme, vol. 2, pp. 83-96.


[1] Peschlow-Bindokat 1990.

[2] Al-Fares 2002.

[3] Braccesi 2003.

[4] Fourmont 20121.

[5] Salinas 1885/1976.

[6] Mertens 2003, fig. 392 p. 333.

[7] Fourmont 2012; Guidoboni 2002.

[8] Fourmont 2006.

[9] V. l’exposition Abitare a Selinunte. Dal VII sec. a.C. al periodo medioevale, Parco Archeologico di Selinunte e Cave di Cusa, catalogue sous presse.

[10] Helas 2011.

[11] Helas 2011, p. 198-199, figg. VIII 10 et 12.

[12] Agate 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.