La double vie des Tubular Amphorae

E. Botte et G. Polizzi

  • botte@mmsh.univ-aix.fr
  • polizzi@mmsh.univ-aix.fr

 

S’il est des objets dont on ne peut douter qu’ils aient eu durant l’Antiquité plusieurs vies, les amphores sont assurément les plus emblématiques. D’autres avant nous leur ont même consacré des monographies (voir en dernier lieu Peña 2007), illustrant toutes les possibilités de remploi de ces objets. A l’origine destinées à transporter des denrées liquides ou semi-solides entre deux points géographiques, elles ont connu des remplois qui sont aujourd’hui bien attestés, notamment comme sépulture (tombe en enchytrismos), ou tout simplement pour transporter ou stocker d’autres denrées que celles à l’origine contenues. Certains types d’amphores, par leur forme, se sont aussi très bien prêtés au remploi dans l’architecture, et c’est ce dernier cas qui nous intéresse ici.

Fig. 1. Amphores dites Tubular amphorae, exemplaires de Sicile (1 : Monte Iato), Italie (2-3 : Pompéi), Grèce (4-5 : Corinthe), Chypre (6 : Paphos), Israël (7-8 : Maresha ; 9 : Acco) (échelle 1/10) (montage publié dans Botte 2013, fig. 4 p. 589).

Les Tubular amphorae sont des conteneurs cylindriques étroits qui mesurent environ 1 m de haut (fig. 1 ; voir Botte 2013 au sujet de ces amphores), pour un diamètre compris entre 16 et 20 cm. La forme fuselée de ces objets les a tout naturellement propulsés au rang de tuyaux, et c’est essentiellement selon ce nouvel usage qu’on les retrouve aujourd’hui.

Mais à l’origine ces objets sont destinés à transporter du thon salé sicilien, sans doute sous forme de tranches. Leur production en Sicile durant la seconde moitié du IIe et au début du Ier siècle avant notre ère est assurée par leur pâte ainsi que par la présence de plusieurs dizaines de ces objets – dont certains surcuits – dans la partie occidentale de l’île, alors qu’ils sont rares ailleurs. Les lieux de découverte de ces objets, hors de Sicile se situent essentiellement en Méditerranée centrale et orientale, et on a tendance à considérer qu’ils ont servi de cargaison complémentaire à des amphores vinaires destinées au marché oriental, avec Délos comme point de redistribution.

La forme fine et fuselée de ces Tubular amphorae, qui explique leur appellation moderne, fait qu’on les trouve souvent privées de leur pied et remployées en tuyaux et canalisations sur la plupart des sites, notamment en Sicile. C’est ainsi le cas à Solonte (6 exemples de remploi retracées) et Apollonie, près de San Fratello, en province de Messine (2 exemples de remploi retracées. Bonanno 2009).

Fig. 2. Solonte, « Casa con cisterna ad archi ». Détail de la canalisation en Tubular Amphora (cliché G: Polizzi).

Bibliographie :

Botte 2013 : E. Botte, L’exportation du thon sicilien à l’époque tardo-républicaine, MEFRA, 124-2, Rome, 2013, p. 577-612.

Peña 2007 : J. Theodore Peña, Roman Pottery in the Archaeological Record, New York, Cambridge University Press, 2007.

Bonanno 2009: C. Bonanno, Apollonia. Indagini archeologiche sul Monte San Fratello 2003-2005, Roma 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.