Abstracts du II symposium

M. Ausilia FADDA – Ricerca e progettazione architettonica nella gestione delle acque in contesti civili e religiosi della Sardegna dell’età del Bronzo

Nella fase di passaggio dall’ età del Bronzo recente al Bronzo Finale e durante l’età del Ferro ( 1300-800 a.C) le popolazioni nuragiche costruirono nel territorio della Sardegna numerose fonti e pozzi dedicati al culto della divinità dell’ acqua. I pozzi sacri sono diffusi in tutto il territorio dell’isola e sono composti nella maggior parte da un vestibolo, una scala trapezoidale e una camera circolare ipogeica con una volta a tholos composta da filari aggettanti chiusi da una lastra piattabandata. Quelli costruiti nelle zone più interne e più montuose della Sardegna non applicano la tipologia canonica a causa della irregolare morfologia del suolo che ha prodotto straordinari ed originali esempi di progettazione di impianti idraulici ancora funzionanti.

I nuragici usarono per la costruzione dei pozzi tutti i materiali lapidei presenti nel territorio ma preferirono le rocce vulcaniche per la loro resistenza al ruscellamento e all’imbibizione delle acque sorgive ed inoltre risultavano più adatte alla realizzazione di architetture con blocchi squadrati saldati da perni e colate di piombo. La presenza di vene sorgive nei villaggi già esistenti e la loro vicinanza ai corsi d’acqua favorì la nascita di importanti santuari e la costruzione di templi di diverse tipologie intorno ai quali sorsero importanti botteghe artigiane specializzate nella lavorazione del metalli che producevano strumenti d’uso e soprattutto ex voto di bronzo, di diverse tipologie, che i pellegrini offrivano alla divinità.

I ricchi depositi votivi scoperti nelle aree di culto testimoniano, nelle fasi più antiche del Bronzo finale, stretti contatti con i paesi medio orientali, favoriti dalla posizione strategica dell’isola al centro delle rotte commerciali nel Mediterraneo e con l’Europa dell’est per l’approvvigionamento dell’ambra e dello stagno. Nell’età del Ferro, per cause ancora oscure,è documentato un graduale abbandono degli antichi luoghi di culto provocato forse dall’arrivo di nuove ideologie religiose e soprattutto dal mancato adeguamento dell’economia della Sardegna alle nuove esigenze dei mercati e al crollo dell’antico modello di sviluppo gestito da locali gruppi di potere in modo frammentato e disomogeneo.

Romaric BARDET – L’approvisionnement en eau du site de hauteur de l’Anavlochos et les citernes de l’Aspis à Argos

Entre 1902 et 1930, l’archéologue hollandais Wilhelm Vollgraff mettait au jour
sur les acropoles de l’Aspis et de la Larissa, à Argos, trois citernes antiques de belles
dimensions. Incomplètement publiées alors, ces ouvrages hydrauliques se dégradent à
un rythme inquiétant, en particulier les deux citernes de l’Aspis. Une étude
architecturale a donc été conduite au cours de l’été 2015 pour l’EfA en vue de
documenter de manière satisfaisante ces deux citernes (relevés topographiques,
photographies) et d’une nouvelle publication.
La communication présente quelques résultats de cette mission. Elle a permis de
parvenir à une meilleure connaissance de l’architecture des deux ouvrages sans laquelle les comparaisons typologiques étaient restées jusque-là inachevées. L’occupation de l’Aspis est aussi mieux connue du fait de recherches récentes portant sur les fortifications. Ces données autorisent la reprise de l’étude de deux questions
partiellement résolues ou démontrées par le passé : celles de la datation et de la fonction de ces citernes.

Présentant des caractéristiques très comparables, les trois citernes ont
vraisemblablement été réalisées d’après un modèle identique, à la même époque, peut-être dans le cadre d’un programme public visant à renforcer les défenses des acropoles de la cité à la charnière des époques classique et hellénistique. Ces citernes présentent notamment des ressemblances avec d’autres, plus petites, mises au jour dans des forteresses d’Argolide.

L’étude entend ainsi apporter à la connaissance de l’hydraulique argienne en
contexte militaire.

Panagiota AVGERINOU – Investigation of Ancient Underground Aqueduct in Megara: Preliminary Results

This paper presents the preliminary results of the recent research of  the subterranean aqueduct in Megara, an ancient and modern town located in the west border of Attica.

In the  site  Orkos or Ambatzades, about 1,5 km. north of modern Megara, an underground  aqueduct was detected. Although the investigation has just begun, four tunnels connected with each other have been discovered. These laid water from the  underground aquifer to city in the famous “Theagenes’ Fountain”, following the natural inclination. Different techniques of construction of  each tunnel imply that they had been built at different times in order to provide more water in the initial and basic branch, which was and remained the only one, who carried water to the town.

The first data show that the former main branch of the aqueduct was constructed in the 6th century BC. It belongs to a bunch of archaic underground aqueducts dispersed over a wide area to other Greek cities. Apart from the well-known Eupalineian aqueduct in Samos, the Peisistrateian aqueduct in Athens, the Flerio aqueduct in Naxos island, the aqueduct in Aegina island and the aqueduct in ancient port at Larnaka in Cyprus are  dated to the second half of the 6th century BC.

With the passage of time, as the needs became compelling, the main axis of aqueduct was enhanced with the addition of other axis in the early 4th century BC, in Roman period and in Byzantine or Islamic times, so water continued being available efficiently.

Except for the tunnels, vertical wells like air shafts were equally distributed on surface. Both tunnels and air shafts reach depths of 4,30 m. to 8 m. under surface. Today, a total of 70 inspection and air shafts can be seen arranged in four branches of a length of 1100 m. and a width of 560 m.

The chronology and the whole concept allow us to ascribe this work to Eupalinos, the famous megarian engineer. He endowed his city with this aqueduct and the “Theagenes’ Fountain” and allowed the city to sustain through the centuries. The aqueduct was operating for millennia until 1936 and remained virtually unchanged until today.

Sophie BOUFFIER, Philippe LENHARDT, Jean-Louis PAILLET – Nuove ricerche sull’acquedotto del Galermi in provincia di Siracusa

The conference will present the state of research about the aqueduct Galermi, situated in the province of Syracuse (Sicily, Italy). This aqueduct which has been dug in Antiquity and maintained until now to serve various socio-economic projects of local authorities is at the heart of a pluridisciplinary program of the Aix-Marseille University since 2011. Two first missions have identified the most parts of the pipe and focused on the principal intake of waterSyracusan aqueducts have existed from the 5th century BC, since Thucydides evokes the occasion of the Athenian expedition in 415-413, when the Athenians cut underground water channels which lead water to urban people and some other aqueducts are known in the city.

La communication présentera l’état de la recherche sur l’aqueduc du Galermi situé dans la province de Syracuse (Sicile, Italie). Cet aqueduc qui a été creusé dans l’Antiquité et a été exploité jusqu’à nos jours pour servir différents projets socio-économiques des autorités locales est au centre d’un programme de l’Université d’Aix-Marseille depuis 2011. Deux premières missions ont identifié les parties principales de la conduite et se sont concentrées sur la principale prise d’eau de la Bottigliera, ou en des points cruciaux comme au Grottone. Selon les sources antiques, les aqueducs syracusains existent depuis le 5e s. av. J.-C., comme l’évoque Thucydide dans son récit de l’expédition athénienne de 415-413, pendant laquelle les Athéniens coupent les canalisations souterraines qui apportent l’eau en ville. D’autres aqueducs sont connus dans la ville. Les principales questions portent sur la chronologie et la typologie de l’installation. La communication centrera sa problématique sur ces points.

Nicolas FOULC – Citernes et silos : la question du stockage de l’eau sur             
l’oppidum d’Ensérune (Nissan-lez-Ensérune, Hérault)        

Entouré d’étangs, l’oppidum d’Ensérune profite d’une seule source pérenne pour s’alimenter en eau : la source d’Agoutis, située en bas de la pente nord. Pour pallier cette carence, des citernes et des silo-citernes sont répartis sur l’ensemble du site. Le stockage de l’eau prend donc une place importante dans l’organisation de l’oppidum.

Dès les premières prospections, menées par l’abbé Ginieis à la fin du XIXe siècle, le nombre important de ces structures surprend et interroge. La question du stockage de l’eau reste tout au long des fouilles une des questions principales. En 1955, dans sa monographie portant sur le site d’Ensérune, Jean Jannoray présente deux grands types de structures : les silos-citernes et les citernes. Il y explique qu’il y aurait une évolution technique permettant un passage progressif de la réutilisation de silo en citernes,
vers la construction de véritables citernes. Les travaux plus récents de Sylvie Blétry-Sébé, Sandrine Agusta-Boularot et, dernièrement, Meritxell Oliach Fàbregas ont également insisté sur la particularité que constitue ce type d’aménagement en Gaule pour la Protohistoire. S. Agusta-Boularot et M. Oliach Fàbregas ont notamment mis en évidence des parallèles avec les techniques de construction ibérique. Dans les travaux anciens, comme dans les plus récents, la question du stockage de l’eau sur l’oppidum d’Ensérune reste donc centrale.

Cette communication, qui s’appuie sur l’étude des archives de fouille et des structures encore accessibles, a pour objet de présenter les divers types d’aménagement utilisés sur le site pour stocker l’eau ainsi que les différentes techniques de construction employées. Ce bilan permettra de reprendre la question de l’évolution technique que défendait, entre autres, J. Jannoray. Il s’agira ensuite de s’intéresser à l’origine de ces aménagements pour savoir si ce sont des éléments isolés mis en place en fonction des besoins ou d’un programme général placé sous le contrôle d’une autorité publique. Enfin, cette communication sera l’occasion de faire un point sur la datation de ces structures qui, étant donné l’ancienneté des fouilles, reste encore souvent imprécise.

Elena SÁNCHEZ LÓPEZ – Installations hydrauliques et usages de l’eau en Ibérie      

Les structures liées à la gestion de l’eau sont connues dans la Péninsule Ibérique depuis la préhistoire. C’est le cas par exemple du site Chalcolithique de Los Millares (Almería), ou d’autres de l’Âge du Bronze comme La Motilla del Azuer (Ciudad Real), Peñalosa (Jaén) ou Galera (Granada). À partir de l’Âge du Fer les exemples de structures hydrauliques se multiplient, et apparaissent autant dans des contextes coloniales comme indigènes.

Les nombreux sites phénico-puniques ont montré des vestiges hydrauliques liées à très différents contextes et usages, tant domestiques que publiques, religieux ou funéraires. De même, la seule ville grecque connue, Emporion.

Pour les sites indigènes les donnés sont encore plus amples. Un des éléments les plus habituels sont les citernes collectives situés dans une zone centrale ou accessible de l’établissement, c’est le cas par exemple de Castellet de Bernabé (Valencia) et Estinclels (Lérida); mes aussi des citernes privées, come au Cerro de la Cruz de Almedinilla (Córdoba). Dans quelques cas on retrouve aussi des systèmes plus complexes, qui réunissent différentes structures, comme ceux de Torre den Galmes (Menorca), Puig de Castellet (Girona) ou Els Vilars (Lérida).

Une autre question est celle de la fonction de cette eau. En dehors de sa logique utilisation pour garantir la vie des populations, l’eau était aussi indispensable pour beaucoup des activités économiques développés par les habitants de ces établissements. Une question qui est entrain d’être analysé depuis le projet Agua y actividades econonómicas. Gestión y usos del agua en contextos productivos en el Occidente Mediterráneo durante la Antigüedad (AQUAECO), de l’Université de Grenade.

Lavdosh JAUPAJ – Les aménagements hydrauliques et la gestion de l’eau avant la période romaine sur le territoire albanais  

La communication propose un état des lieux des aménagements hydraulique et de la gestion de l’eau pendant la période grecque dans les villes antiques de l’Albanie situées plutôt dans sa partie méridionale occupée pendant l’antiquité par les tribus illyriennes et épirotes qui connaissent un phénomène d’urbanisation plus achevé que dans la partie septentrionale. Les caractéristiques géographiques, avec un climat méditerranéen sur les côtes et un climat plus continental à l’intérieur des terres, des précipitations abondantes en hiver et de longues sécheresses dans la partie chaude de l’année, expliquent la nécessité de nombreux travaux hydrauliques comme puits, citernes, fontaines, canalisations comme on en trouve aussi dans les cités grecques coloniales de la côte ionio-adriatique. La période couverte va de la fondation de ces cités à l’époque archaïque (Epidamnos, Apollonia, Orikos, Bouthrôtos) jusqu’à la conquête romaine.

Les villes illyriennes et épirotes étroitement liées au monde grec, ont généralement été implantées sur des sites de hauteur où la présence de nappes phréatiques permet un ravitaillement intra muros. La présence de nombreux cours d’eau permet aussi une irrigation assez facile du territoire. Une présentation topographique est donc nécessaire pour comprendre la variété des travaux hydrauliques permettant à la fois le stockage des eaux pour l’usage quotidien et l’évacuation des eaux de ruissellement qui peuvent être violente lors des orages. On peut parler d’un véritable hydrosystème. Une attention sera aussi donnée aux installations sanitaires attestées dans l’habitat privé comme dans les édifices publics. Il convient de noter dès à présent l’absence de grosses infrastructures comme les aqueducs qui n’apparaissent qu’après la conquête romaine. Il est intéressant de voir si l’organisation particulière des peuples illyriens en koina, différents du système de la polis grecque, a une répercussion dans la gestion publique de l’eau.

Diego ELIA, Valeria MEIRANO – La gestione delle acque a Locri Epizefiri. Criticità e soluzioni, dalle origini alla conquista romana 

Le indagini condotte dall’Università di Torino in vari punti della città di Locri Epizefiri hanno rivelato come, sin dalle prime fasi di occupazione, la polis dovette convivere con la presenza di ingenti quantità di acqua che si raccoglievano nei valloni alle spalle dell’abitato e attraversavano il settore pianeggiante, prima di raggiungere il mare. L’incapacità di contenere questi imponenti deflussi comportò talora la completa distruzione di strutture abitative pertinenti alla fase alto-arcaica, come quelle disposte lungo il torrente che scendeva dal vallone Milligri.

Per mettere al sicuro da tali rischi la parte centrale della città, nel corso del VI secolo furono costruite imponenti strutture di contenimento che regimarono il passaggio delle acque del vallone Milligri per oltre 400 m. La realizzazione di tale apprestamento si pone in stretta relazione con la definizione dell’impianto per strigas. Analoghi accorgimenti sono riconoscibili in varie parti della città, tutti indirizzati a contenere o – dove possibile – espellere dall’area dell’abitato le acque provenienti dai colli retrostanti.

Per quanto siano state riconosciute tracce di danneggiamenti causati da eventi alluvionali eccezionali, tale sistema integrato sembra essere stato in uso fino all’inizio del IV secolo, quando venne profondamente ristrutturato, con significativi mutamenti della portata dei canali, senza tuttavia cambiare orientamento.

Solo in coincidenza con gli eventi della seconda guerra punica, che condussero alla perdita dell’indipendenza politica, tale sistema di regimazione delle acque venne radicalmente trasformato e in parte sacrificato alla necessità di rendere più efficace il sistema difensivo della città.

Gli sviluppi della rete di gestione delle acque, messa in opera dal regime aristocratico, appaiono dunque accompagnare le principali vicende urbanistiche della polis, in cui l’organizzazione dell’area urbana e la definizione del suo perimetro vennero rimodellate.

 

   

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *