Institutions partenaires

IRAA

Institut de Recherche sur l’Architecture Antique

Cette unité, qui rassemble essentiellement des architectes, topographes et des chercheurs et enseignants-chercheurs en architecture, a pour mission principale l’étude des monuments et de l’urbanisme antiques ; leurs modes de construction, en particulier les tracés directeurs et la métrologie qui ont présidé à la construction et témoignent de règles spécifiques aux sociétés constructrices. Les chercheurs du l’USR cherchent également à restituer les processus de la construction et les modes de fonctionnement des chantiers antiques, et à comprendre les transformations des monuments ou des sites. Ils sont enfin engagés dans la valorisation de leurs recherches comme en témoignent les restitutions ultérieures qu’ils proposent des monuments. Le laboratoire a acquis des compétences anciennes et internationalement reconnues en particulier sur les monuments hydrauliques (aqueducs, dont celui du Pont du Gard, fontaines, thermes de Gaule et d’Afrique du Nord). Le laboratoire possède trois antennes, à Paris, Pau et Lyon.

ArScAn

Archéologie et Sciences de l’Antiquité

L’UMR 7041 (ArScAn), sous l’égide de quatre tutelles, (CNRS, Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris Ouest Nanterre La Défense et Ministère de la Culture et de la Communication), est lié par convention à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP). Au total, l’UMR regroupe 201 membres permanents. Dans l’UMR, les recherches sont réalisées dans le cadre des programmes développés par chacune des quatorze équipes. L’équipe « ArScAn – Archéologies environnementales » dont Christophe PETIT est le directeur, regroupe 20 membres permanents, à savoir des archéologues, des archéozoologues, des archéobotanistes, des géoarchéologues et des archéogéographes. L’essentiel de leur activité se déroule en France et également en Europe ainsi que dans d’autres continents dans le cadre de programmes internationaux. Le projet de recherche se structure autour de quatre thématiques dont le principal objectif est d’aborder, d’un point de vue systémique, les dynamiques socio-environnementales à différentes échelles spatiales : Environnement et biodiversité ; Changements climatiques et anthropisation ; Dynamiques socio-environnementales locales ; Exploitation des ressources minérales et biologiques ; Organisation des territoires et systèmes économiques.

ASCSA

American School of Classical Studies at Athens

L’American School of Classical Studies at Athens (ASCSA) est un centre d’études supérieures qui étudie la culture grecque sous tous ses aspects, de l’Antiquité à nos jours. Depuis sa création en 1881, l’Ecole a presque toujours mené des missions archéologiques en Grèce, en particulier sur le site de l’ancienne Corinthe (depuis 1896), et sur l’Agora d’Athènes (depuis 1931). Lieu de formation pour les jeunes archéologues, elle accueille des chercheurs de passage (archéologues, historiens de l’art, philologues américains) et un personnel résident qui mène des fouilles dans le cadre de programmes collectifs et individuels. L’approvisionnement en eau de Corinthe a été une préoccupation majeure des fouilles de Corinthe depuis 1898, date de la découverte de la fontaine de Peirénè, qui offrit à la ville non seulement le plus célèbre monument de la ville, mais aussi la clé de la topographie ancienne.

CEA

Centre d’Etudes Alexandrines

Cette unité créée en 1990 par Jean-Yves Empereur, directeur de recherche au CNRS, est une Unité de Service et de Recherche basée à Alexandrie. Elle a pour mission l’étude de l’histoire d’Alexandrie, Égypte, à travers tous les documents disponibles : cartes anciennes, archives, textes d’auteurs antiques et récits de voyages. L’USR 3134 (CEAlex) rassemble une équipe pluridisciplinaire composée d’archéologues, historiens, architectes, topographes, géomorphologues, etc. dans des activités scientifiques diverses de l’archéologie terrestre et subaquatique, la prospection des vestiges de surface, la topographie et le SIG, l’étude du patrimoine architectural, la restauration et la conservation d’Antiquités, ainsi que la diffusion de la connaissance de l’héritage alexandrin. Depuis une vingtaine d’années, ses membres mettent au jour des maisons, des rues, des citernes, des murailles, mais aussi la Nécropolis ou les ruines du Césaréum. Ils étudient entre autre la culture matérielle alexandrine, ainsi que la circulation des biens et des idées depuis Alexandrie dans la Méditerranée antique

CEREGE

Centre Européen de Recherche et d’Enseignement des Géosciences de l’Environnement

Cette unité a comme tutelles l’AMU, le CNRS, l’IRD et le Collège de France. Elle comprend plus de 130 chercheurs et ITA et plus de 50 thésards/ post-docs. Elle est un centre de recherche de niveau international en géosciences de l’environnement, qu’ils soient marins ou terrestres. Les approches utilisées sont la géochimie, la géochronologie, la paléobiologie, la géophysique et la modélisation. Elle est particulièrement reconnue dans le domaine de la paléoclimatologie continentale et marine, en particulier en Afrique et en Méditerranée. L’hydrogéologie et l’étude des paléovégétations. Le CEREGE coordonne deux EQUIPEX et deux LABEX, dont OT-Med dédié aux changements climatiques de la région méditerranéenne.

EFA

École française d’Athènes

Fondée en 1846, l’EfA est le plus ancien établissement scientifique français à l’étranger et le premier institut archéologique établi à Athènes. Son histoire accompagne la naissance de l’archéologie scientifique en Grèce à partir des années 1870, lorsque la Grèce confia à la France la responsabilité de sites prestigieux, toujours en activité, Délos, Delphes, Argos, Thasos, Philippes et Malia. Sur plusieurs de ces grands sites, l’EfA a mené ou mène des recherches associant spécialistes de l’environnement, archéologues et historiens au sujet de l’eau, qu’il s’agisse d’étudier ses usages dans les pratiques cultuelles antiques (Delphes), la gestion de la circulation de l’eau dans les espaces publics (Thasos, Argos), l’approvisionnement des quartiers d’habitation ou la bonification des territoires agricoles (Délos). Un programme de recherche collectif et pluridisciplinaire coordonné par Michèle Brunet a été conduit à Délos visant à mettre en lumière comment au fil des siècles les habitants de l’île avaient conçu le développement de la ville et des sanctuaires en relation avec les contraintes et les potentialités de l’écosystème local, tout particulièrement en ce qui concerne les ressources hydriques. En complément, des modélisations numériques (MNT vectoriels) ont été effectuées pour l’interprétation des systèmes d’irrigation antiques associés aux réseaux de terrasses agricoles dans le sud de l’île.

IA

Institut Archéologique de Tirana

L’Institut d’archéologie de Tirana centralise et coordonne toutes les recherches, fouilles et études, sur le territoire de l’Albanie. Dirigé par Luan Përzhita, il comprend quatre sections : le Département de préhistoire, le Département des Antiquités (urbanisation de l’Illyrie et de l’Épire du Nord, Ve-Ier siècle av. J.-C) ; le département des antiquités romaines, et le Département de l’Antiquité tardive et le Moyen Âge. La 2e section, concernée par le projet, traite des principaux problèmes liés à la mise en place et au développement des villes illyriennes, à la fois les villes proto-urbaines illyriennes et les colonies grecques sur la côte illyrienne. Elle étudie par le biais de fouilles, menées parfois dans le cadre de missions internationales, l’organisation politique de ces cités et leur urbanisme dans les différents stades de développement, sans oublier les activités économiques de la production et des échanges et les relations culturelles entre Grecs et Illyriens. Les villes étudiées dans le cadre du projet sont celles d’Amantia, Antigoneia, Apollonia, Bouthrotos, Byllis, Dimale, Epidamne-Dyrrachium, Lisi, ou Orikos. L’Institut d’archéologie de Tirana est également le protagoniste de la valorisation du patrimoine archéologique à la destination du grand public.

JGU

Johannes Gutemberg Universität Mainz

L’Université de Mayence participe à ce projet à travers son Département de Géosciences, constitué d’enseignants-chercheurs en géosciences, géo-archéologie et paléoclimatologie. Le département s’occupe des projets en climatologie holocène, spéléothèmes et archéosismologie. Le département mène une coopération intensive avec le musée RGZM de Mayence. Le groupe de recherches sur les aqueducs antiques (GRAA), coordonné par le Prof C. Passchier géoarchéologue, tectonicien, spécialiste des microstructures, s’occupe des analyses sur les dépôts calcaires dans les conduits et citernes antiques. Le groupe est spécialisé sur les analyses détaillées des isotopes stables en carbonates, et sur les microstructures des dépôts calcaires. Les résultats sont utilisés pour déterminer l’âge des conduits, leur fonction précise, et l’hydrologie des sources. Les études peuvent aider à déterminer l’évolution des structures pour gérer d’eau et leur transformation pendant leur transmission entre cultures méditerranéennes, surtout en France (Arles, Vaison, Béziers, Cahors et Fréjus), Grèce (Argos, Corinthe et Patras), la Turquie (Patara, Ephèse, Aspendos) Israël (Caesarea, Jerusalem) et Sicile (aqueducs de Galermi et Termini Imeresi). Les approches utilisées sont la géochimie, la géochronologie, et la microtectonique. Dans le secteur géologique, le groupe s’occupe aussi de la relation entre hydrologie et tectonique.

UCL

University College London

UGR

Universidad de Granada

Le groupe de recherche « Arqueología de la época clásica y antigüedad tardía en Andalucía oriental » (GAECATAO HUM 296) est intégré dans le Département de Préhistoire et Archéologie de l’Université de Grenade, qui s’intéresse tout particulièrement à l’urbanisme romain et préromain dans le sud de la péninsule ibérique et le nord du Maroc. Il a créé en 2008 une thématique de recherche centrée sur les installations hydrauliques à l’époque romaine dans la province de Grenade.

UNIPA

Universitá degli Studi di Palermo

L’Université de Palerme participe à ce projet à travers son Département de la Culture et des Sociétés, constitué d’enseignants-chercheurs en humanités (archéologie, philologie, histoire antique) et en anthropologie, histoire de l’art, sociologie et géographie, soit environ 120 professeurs et chercheurs. L’un de ses principaux domaines de recherche et d’enseignement est le patrimoine culturel territorial, sur lequel portent des projets de recherche archéologiques (fouilles et prospections, études des artefacts, arts figuratifs), socio-anthropologiques, historiques et artistiques ainsi que des programmes de géographie humaine. L’étude du paysage, urbain et rural, et son évolution au cours du temps, forment les principaux objectifs des activités. Le Département mène des fouilles et des études archéologiques dans certaines des plus importantes villes antiques de Sicile (Himère, Agrigente, Halaesa, Motye, Thermae), en Grèce (Gortyne), en Libye (Sabratha, Leptis Magna, Cyrène) et en Syrie.

Les relations entre la ville ancienne et son arrière-pays sont étudiés à la fois pour le monde colonial grec que pour le monde punique et le monde romain. Les chercheurs palermitains accordent une importance toute particulière aux contacts entre les cultures d’origine différente, notamment, aux interrelations culturelles entre colons grecs et population phénico-puniques et indigènes ainsi qu’aux transferts de technologie et à la  » romanisation  » des provinces occidentales de l’empire. Le rôle du patrimoine culturel dans la construction de l’identité et de la mémoire partagée est au centre des recherches menées par le Département.

VU

Vanderbilt University

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *