Ve symposium international du projet HYDRΩMED

Le 5e colloque HYDRΩMED s’est déroulé à Aix-en-provence entre le 30 mai et le 1er juin 2016 sous le titre L’eau dans tous ses états. Il s’agissait de la dernière rencontre de l’année pour notre réseau international de recherche. Les exposés et discussions des 37 participants arrivés de sept pays différents se sont organisés en quatre sessions, une pour chaque axe de recherche du programme HYDRΩMED.

Philippe Leveau (CCJ) et Joël Guiot (CEREGE) ont ouvert magistralement la session ‘paléoenvironnement et géoarchéologie’, dans laquelle Brigitta Schütt, Jonas Berking (Freie Universität Berlin) et Vincent Ollivier (Lampea) ont contextualisé les enjeux contemporains de nos recherches sur la gestion antique de l’eau. Nicolas Maughan (Aix-Marseille Université) et Antonio Sáez Romero (Universidad de Sevilla) ont partagé leurs résultats géoarchéologiques sur des cadres géographiques régionaux et des sites différents.

Ensuite, Henning Falbusch (Fachhochschule Lübeck) a ouvert la session en dressant un bilan sur ‘Les aménagements hydrauliques et l’exploitation des ressources naturelles’ à partir de plusieurs études de cas. Estathis Chiotis (Institut de géologie et exploration minérale d’Athènes) a présenté l’exemple grec de l’ancien parcours du fleuve Ilissos à Athènes. Mark Landon (Mount Holyoke College) a mis en évidence la technologie hydraulique appliquée à Corinthe, tandis que François Quantin et Philippe Lenhardt (IRAA), Sophie Bouffier (CCJ) et Vasil Bereti (Institut d’archéologie de Tirana) offraient un parallèle avec l’une des fondations corinthiennes : le cas de la fontaine d’Apollonia. Pour la Sicile, un bilan de la gestion hydraulique de la cité indigène de Morgantina a été présenté par Alex Walthall et Jonathan Flood (University of Texas), et pour la Sardaigne Stefano Cespa (Universität Tübingen) a exposé les conclusions de sa thèse récente sur l’adduction d’eau à Nora.

La troisième session qui s’intitulait ‘De l’histoire des sciences et des techniques à l’histoire politique et économique’ a dessiné un parcours du Proche-Orient à la Méditerranée centrale, avec les interventions de Maria Grazia Masetti-Rouault et Federico Defendenti (École Pratique des Hautes Études) sur l’Assyrie, d’Ariel Bagg (Universität Heidelberg) sur Israel antique, d’Isabelle Hairy (Centre d’études alexandrines) sur Alexandrie, d’Iván Fumadó Ortega (CCJ) sur la Méditerranée phénico-punique, et de Nicolas Lamaire (Université Toulouse Jean Jaurès) sur le nord-est de l’Afrique.

Enfin, la session dédiée aux ‘Cultes et cultures de l’eau et des eaux’ a fourni un panorama complet des nouvelles recherches sur le rôle de l’eau dans plusieurs sanctuaires antiques, comme dans la partie sud de l’Olympeion d’Agrigente grâce à Elisa Chiara Portale, Monica De Cesare et Gianluca Furcas (Università di Palermo), ou le Kerameikos d’Athènes, éclairé par Jutta Stroszeck (DAI Athènes), ou le site de Locres Épizéphyrienne, exposé par Diego Elia et Valeria Meirano (Università di Torino), ou celui de Vicarello, Latium, par Rabun Taylor (University of Texas) et de Tas-Silg à Malte avec les dernières recherches de Francesca Bonzano (Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano). Ensuite, des études de cas d’utilisation des eaux ont été présentées par Enrique Díes Cusí (Universitat de València) sur des noria dans la Sardaigne punique, par Monika Trümper (Freie Universität Berlin) sur les bains de Pompei et Stabiae, et par Damien Agut-Labordère (ArScAn-HAROC) sur la distribution de l’eau dans l’oasis de Kharga à l’époque perse. En guise de conclusion, des réflexions d’ensemble sur le rôle des eaux comme limites dans la mythologie grecque et sur leur valeur sacrée dans les cultes de la Phénicie perse ont été menées, respectivement, par Cecelia A. Feldman (University of Massachusetts Amherst) et Giuseppe Garbati et Tatiana Pedrazzi (Istituto di Studi sul Mediterraneo Antico).

Les stimulantes discussions suscitées par ces présentations ont été poursuites dans une visite guidée par Philippe Leveau aux moulins de Barbegal. Nous remercions tous les participants de ce 5e colloque international HYDRΩMED pour les riches échanges scientifiques et personnelles que nous avons eu la chance de suivre et qui, nous le souhaitons, pourront se poursuivre en 2017 et 2018.

Journée d’étude sur l’aqueduc du Galermi : vie et évolution d’un aménagement hydraulique du territoire syracusain (Sicile)

C’est avec plaisir que nous vous annonçons la prochaine journée d’étude sur l’aqueduc du Galermi, qui se soutiendra le vendredi 14 octobre, à partir de 10 heures, à la salle Georges Duby de la MMSH, à Aix-en-provence.

La journée, organisée par la coordinatrice du réseau HYDRΩMED, la prof. Sophie Bouffier (AMU, CCJ), sera présidée par le directeur régional du Genio Civile de Syracuse, M. Zuccarello, et donnera lieu à la présentation des travaux conduits récemment dans le cadre du programme de recherche dirigé par Sophie Bouffier et soutenu par LabexMed (appels à projets APRIMED 2015-2016) : « HYDROSYRA – Gestion des ressources en eau d’un territoire méditerranéen de l’Antiquité à nous jours : le cas de l’aqueduc du Galermi à Syracuse »

Le programme de la journée est consultable ici :

affiche_hydrosyra_2bleu