IIIe symposium international du projet HYDRΩMED

Le IIIe symposium international du programme HYDRΩMED, intitulé « Approches géoarchéologiques et paléoenvironnementales de la gestion des ressources hydrauliques dans l’Antiquité », s’est tenu le vendredi 11 mars 2016 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence. Il a rassemblé une dizaine de chercheurs spécialistes des questions paléoenvironnementales (paléoclimatologie, paléohydrologie) et des problématiques géoarchéologiques associées à la gestion des ressources hydriques. Le colloque a été ouvert par Sophie Bouffier, directrice de la MMSH et coordinatrice du programme HYDRΩMED, et par les organisateurs de la rencontre, Julien Curie (ArScAn, Université de Paris 1) et Joël Guiot (CEREGE). Ces propos introductifs ont permis d’accueillir les chercheurs venus de France, d’Allemagne, d’Angleterre, d’Ecosse, d’Espagne et d’Autriche, en leur présentant synthétiquement les grands thèmes du programme HYDRΩMED et leur exposant les intérêts et les bénéfices scientifiques de cette rencontre qu’illustre un programme de la journée cohérent, riche et dense, avec une dizaine de communications scientifiques (d’une durée de 30 minutes chacune) séparées par plusieurs sessions de discussion.

conf climat_6 Après une communication introductive par Julien Curie qui a montré le caractère indispensable des approches géoarchéologiques et paléoenvironnementales à l’étude des ressources hydriques par les sociétés du passé, à travers différentes échelles spatio-temporelles, la première session de la matinée était consacrée aux reconstitutions paléoenvionnementales, paléoclimatiques et paléhydrologiques. Michel Magny (Université de Franche-Comté) a exposé ses nombreux et riches travaux concernant les restitutions paléoclimatiques basées sur les variations du niveau de lacs et des données polliniques et pu replacer le climat de l’Antiquité dans son contexte Holocène. Puis Joël Guiot a exposé une reconstruction du climat de l’Holocène en Méditerranée à partir de modélisations mathématiques issues de donnée polliniques. Ces deux communications ont montré les possibilités de démontrer les caractéristiques majeures des variations climatiques passées, mais également la complexité d’établir un modèle climatique certain pour la période antique, et des discussions sont toujours en cours concernant la complexité du climat méditerranéen à cette époque. Laurent Dezileau (Université de Montpellier) a poursuivi ce volet paléo-environnemental en exposant une reconstitution des crues extrêmes du Gardon (France) depuis le 14è siècle à partir d’une analyse paléohydrologique, mêlant analyses sédimentologiques et analyses géochimiques. Les approches géoarchéologiques et paléoenvironnementales se sont ensuite centré sur la région méditerranéenne à l’époque antique, avec la communication de Duncan Keenan-Jones (Université de Glasgow) sur les reconstructions paléoenvironnementales (évènements de tempêtes, variations paléohydrologiques, etc.) et les gestions de l’eau (réfections des structures hydrauliques) à travers l’étude de dépôts carbonatés préservés dans les aqueducs antiques de Rome, et celle de Gül Surmelihindi (Freie Universität Berlin) sur les facteurs environnementaux conditionnant la diffusion des technologies hydrauliques anciennes. La suite de la journée allait voir les exposés convaincants d’Herbert Weingartner (Université de Salzburg) sur l’étude de qanats anciens en Europe, particulièrement en Macédoine orientale (Grèce), à travers une approche environnementale, puis d’Hector Orengo (Université de Sheffield) sur la mise en évidence de stratégies mises en œuvre dans la gestion de l’eau et les pratiques agricoles en Espagne depuis l’Age du Bronze à l’époque romaine. S’est ensuite tenu l’exposé de Philippe Leveau (Aix-Marseille Université) et ses collaborateurs sur les dépôts carbonatés des Moulins de Barbegal et leur apport à la restitution du fonctionnement de la roue.  Enfin, la dernière session de la journée a vu les communications de Cécile Allinne (Université de Caen Normandie), qui a montré des exemples remarquables de gestion de contraintes liées à l’eau dans le monde romain (gestion de l’excès d’eau en milieu urbain et gestion des déplacementconf climats des lits fluviaux et des lignes de rivage), et de Ferréol Salomon (Université de Southampton) et ses collaborateurs sur la mise en œuvre de problématiques géoarchéologiques majeures à l’étude de la gestion de l’eau dans la ville d’Ostie (Italie) à l’époque romaine.

Le colloque s’est déroulé dans une ambiance conviviale et sérieuse, bénéficiant de l’accueil généreux de la MMSH et de l’aide d’acteurs du programme HYDRΩMED, Sabrina Hanks (gestionnaire) et Iván Fumadó Ortega (post-doctorant). Cette journée fut riche en discussions scientifiques, en échanges fournis et en controverses et débats bénéfiques, mettant l’accent sur une poursuite nécessaire de telles approches et le croisement permanent de discours et de résultats issus de nos travaux, au sein d’une recherche mutli-disciplinaire. Les actes seront proposés d’ici quelques mois aux éditions de la MMSH et/ou à l’éditeur d’une revue spécialisée.

Par Julien CURIE
Chercheur Post-doctorant – Géoarchéologue
Equipe d’Archéologies environnementales / UMR ArScAn 7041 – Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne
email : julien.curie@mae.u-paris10.fr