Water Management in Berlin

Les 11 et 12 février derniers s’est déroulée à Berlin (Allemagne) une très intéressante rencontre scientifique, organisée par le cluster d’excellence TOPOI, programme qui rassemble plus de 300 chercheurs de la Freie Universität Berlin, la Humboldt Universität zu Berlin, le Deutsches Archäologisches Institut, le Max-Plank Institut für Wissenschaftsgeschichte et la Stiftung Preuβische Kulturbesitz autour des thématiques de l’espace et du savoir des sociétés anciennes dans un contexte interdisciplinaire (https://www.topoi.org/). Il s’agissait de la deuxième rencontre du groupe A-3 sur la gestion de l’eau (https://www.topoi.org/group/a-3/) : coordonnée par la Prof. Dr. Brigitta Schütt, professeur de géographie, elle a réuni, pour la deuxième fois, des chercheurs de différentes disciplines telles que la géographie, l’histoire ancienne, le droit romain ou l’archéologie classique et médiévale pour y discuter et comparer leurs approches respectives sur des phénomènes et pratiques diachroniques. Quatre sessions ont organisé les discussions : une première consacrée à ‘Eau, climat et société’, une seconde à ‘Techniques hydrauliques et législations’, une troisième à ‘Eau et économie’ pour conclure par une 4e dédiée à ‘La gestion de l’eau dans l’archéologie antique’.20140213_workshop_water_management-1024x511

Brigitta Schütt (Freie Universität Berlin) a souligné dans son introduction le lien étroit entre les problématiques antiques et les enjeux climatiques actuels, en prenant comme postulat que les savoirs traditionnels et locaux sur la gestion de l’eau sont les seuls à garantir une gestion durable. Cette introduction a été complétée par Jonas Berking (Freie Universität Berlin) qui a fait une mise au point conceptuelle et terminologique sur les niveaux environnemental, technologique et social, de la gestion de l’eau.

Ensuite, les différents intervenants ont dressé un large panorama des différentes stratégies implémentées de l’Antiquité à nos jours dans des espaces variés. Ainsi John Oleson (University of Victoria, Canada), a exposé les stratégies complexes et nombreuses expérimentées par les Nabatéens, lorsqu’Iris Gerlach (DAI Berlin) s’est concentrée sur les pratiques du royaume de Saba au Yémen.

Stephanie Rost (Oriental Institute of Chicago) et Ingo Schrakamp (Freie Universität Berlin) ont exploité la riche documentation textuelle à leur disposition pour mettre en évidence les pratiques d’irrigation dans le sud de la Mésopotamie au IIIe millénaire av. J.-C. D’autres communications ont abordé les aspects juridiques des systèmes romains d’irrigation, ainsi Lauretta Maganzani (Università Cattolica del Sacro Cuore) avec une attention tout particulière à la Lex rivi Hiberiensis, ou Margueritte Ronin (Freie Universität Berlin), à partir des témoignages archéologiques de la région suburbaine de l’Urbs à la fin de l’époque républicaine. Un éclairage particulier a été donné à la péninsule ibérique, du Moyen Âge à l’époque contemporaine : d’abord par Christopher Gerrard (Durham University), qui s’est appuyé sur ses prospections du terrain et les systèmes d’irrigation islamiques encore en grande partie fonctionnels dans le nord-est de la péninsule Ibérique ; puis par Brian Beckers (Freie Universität Berlin) et Sarah Isselhorst (Freie Universität Berlin), qui ont étudié les conséquences géomorphologiques et sociétales provoquées par les variations des pratiques de gestion hydraulique au cours des siècles derniers dans le sud-est de l’Espagne.

Sophie Bouffier (Aix-Marseille Université et coordinatrice HYDRΩMED) et Monika Trümper (Freie Universität Berlin) ont débattu de plusieurs installations hydrauliques hellénistiques : respectivement, sur l’aqueduc Galermi de Syracuse et sur une série de piscines associées à des sanctuaires, gymnasia et palais de Méditerranée orientale.

Enfin, deux communications ont été consacrées à la technologie de mécanismes hydrauliques, les engins élévateurs d’eau, par Gül Sürmelihindi (Freie Universität Berlin et partenaire HYDRΩMED) et par Elio Nenci (Università degi Studi di Milano). La première s’est placée du point de vue des conditions paléo-environnementales et le deuxième a exploré l’iconographie mésopotamienne et nilotique. La rencontre s’est achevée avec un exemple d’application de nouvelles technologies, à savoir le laser-scanner 3D, au micro-relevé d’objets sophistiqués tels que les horloges d’eau égyptiennes, modélisé par Anette Schomberg (Freie Universität Berlin).

Les discussions suscitées par ces présentations ont été très stimulantes. Nous souhaitons au groupe berlinois une bonne continuation des travaux. Le cinquième symposium international HYDRΩMED, du 30 mai au 1er juin, auquel les collègues allemands sont cordialement invités, offrira une nouvelle occasion de poursuivre les échanges scientifiques.