“Arqueologías del agua. Sistemas de construcción de agua”, journée d’étude à l’Université de Grenade

Le séminaire « Arqueologías del agua. Sistemas de construcción de agua » a eu lieu à Grenade le dernier 10 novembre sous la direction de Elena Sánchez, membre du réseau HYDRΩMED, et avec le financement du Projet AQUAECO et de la Escuela Internacional de Posgrado de la Universidad de Granada.

Le séminaire a comparé les usages des eaux de différents systèmes de canalisations mis en place depuis la période romaine jusqu’à nos jours. Andrew Wilson, professeur d’Archéologie Romaine à la University of Oxford, a inauguré la discussion avec un exposé sur comment les moulins ou les scies, parmi d’autres mécanismes antiques, ont utilisé de l’énergie hydraulique pour leur fonctionnement. Ensuite, Jenny Pérez Marrero nous a présenté l’aqueduc romain de Cadix et Luis García Pulido, de l’Université de Málaga, les « acequias » (aqueducs) qui ont fourni la ville de Grenade à la période médiévale. Francisco Ruiz Ruiz, de l’Université de Grenade et du projet européen MEMOLA, a analysé les influences de l’hydraulique médiévale du sud de l’Espagne sur le développement des systèmes hydrauliques au Mexique après la conquête espagnole. Finalement, Lara Delgado Anès, de l’Université de Grenade, nous éclairé sur les résultats du projet européen MEMOLA par rapport à la récupération des systèmes traditionnels d’irrigation à la Sierra Nevada. en collaboration avec les communautés d’irrigation et les populations locales.

Le lendemain, 11 novembre, les participants du séminaire ont visité les mines d’or du Hoyo de la Campana, dont le paysage spectaculaire est le résultat de l’utilisation à l’époque romaine du système de la « ruinae montium » (type d’exploitation minière hydraulique).

Par Elena Sánchez López

Facultad de Filosofía y Letras
Universidad de Granada
18071 Granada

elenasanchez@ugr.es

HYDRΩMED à Solonte !

En août dernier le réseau HYDRΩMED a financé une campagne du terrain à Solonte, en Sicile, menée par des chercheurs d’Aix-Marseille Université, de l’Université de Palerme et de l’Université de Tübingen (Vincent Ollivier, Iván Fumadó Ortega, Giovanni Polizzi, Frerich Schön, Stefano Cespa). Les travaux ont compris une prospection géologique destinée à caractériser l’hydrogéologie du site aujourd’hui et dans l’Antiquité, mais ils ont prêté une attention tout particulière à l’un des édifices le plus intéressants de cette cité antique, du point de vue de la gestion de l’eau.

Lire la suite

Ve symposium international du projet HYDRΩMED

Le 5e colloque HYDRΩMED s’est déroulé à Aix-en-provence entre le 30 mai et le 1er juin 2016 sous le titre L’eau dans tous ses états. Il s’agissait de la dernière rencontre de l’année pour notre réseau international de recherche. Les exposés et discussions des 37 participants arrivés de sept pays différents se sont organisés en quatre sessions, une pour chaque axe de recherche du programme HYDRΩMED.

Philippe Leveau (CCJ) et Joël Guiot (CEREGE) ont ouvert magistralement la session ‘paléoenvironnement et géoarchéologie’, dans laquelle Brigitta Schütt, Jonas Berking (Freie Universität Berlin) et Vincent Ollivier (Lampea) ont contextualisé les enjeux contemporains de nos recherches sur la gestion antique de l’eau. Nicolas Maughan (Aix-Marseille Université) et Antonio Sáez Romero (Universidad de Sevilla) ont partagé leurs résultats géoarchéologiques sur des cadres géographiques régionaux et des sites différents.

Ensuite, Henning Falbusch (Fachhochschule Lübeck) a ouvert la session en dressant un bilan sur ‘Les aménagements hydrauliques et l’exploitation des ressources naturelles’ à partir de plusieurs études de cas. Estathis Chiotis (Institut de géologie et exploration minérale d’Athènes) a présenté l’exemple grec de l’ancien parcours du fleuve Ilissos à Athènes. Mark Landon (Mount Holyoke College) a mis en évidence la technologie hydraulique appliquée à Corinthe, tandis que François Quantin et Philippe Lenhardt (IRAA), Sophie Bouffier (CCJ) et Vasil Bereti (Institut d’archéologie de Tirana) offraient un parallèle avec l’une des fondations corinthiennes : le cas de la fontaine d’Apollonia. Pour la Sicile, un bilan de la gestion hydraulique de la cité indigène de Morgantina a été présenté par Alex Walthall et Jonathan Flood (University of Texas), et pour la Sardaigne Stefano Cespa (Universität Tübingen) a exposé les conclusions de sa thèse récente sur l’adduction d’eau à Nora.

La troisième session qui s’intitulait ‘De l’histoire des sciences et des techniques à l’histoire politique et économique’ a dessiné un parcours du Proche-Orient à la Méditerranée centrale, avec les interventions de Maria Grazia Masetti-Rouault et Federico Defendenti (École Pratique des Hautes Études) sur l’Assyrie, d’Ariel Bagg (Universität Heidelberg) sur Israel antique, d’Isabelle Hairy (Centre d’études alexandrines) sur Alexandrie, d’Iván Fumadó Ortega (CCJ) sur la Méditerranée phénico-punique, et de Nicolas Lamaire (Université Toulouse Jean Jaurès) sur le nord-est de l’Afrique.

Enfin, la session dédiée aux ‘Cultes et cultures de l’eau et des eaux’ a fourni un panorama complet des nouvelles recherches sur le rôle de l’eau dans plusieurs sanctuaires antiques, comme dans la partie sud de l’Olympeion d’Agrigente grâce à Elisa Chiara Portale, Monica De Cesare et Gianluca Furcas (Università di Palermo), ou le Kerameikos d’Athènes, éclairé par Jutta Stroszeck (DAI Athènes), ou le site de Locres Épizéphyrienne, exposé par Diego Elia et Valeria Meirano (Università di Torino), ou celui de Vicarello, Latium, par Rabun Taylor (University of Texas) et de Tas-Silg à Malte avec les dernières recherches de Francesca Bonzano (Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano). Ensuite, des études de cas d’utilisation des eaux ont été présentées par Enrique Díes Cusí (Universitat de València) sur des noria dans la Sardaigne punique, par Monika Trümper (Freie Universität Berlin) sur les bains de Pompei et Stabiae, et par Damien Agut-Labordère (ArScAn-HAROC) sur la distribution de l’eau dans l’oasis de Kharga à l’époque perse. En guise de conclusion, des réflexions d’ensemble sur le rôle des eaux comme limites dans la mythologie grecque et sur leur valeur sacrée dans les cultes de la Phénicie perse ont été menées, respectivement, par Cecelia A. Feldman (University of Massachusetts Amherst) et Giuseppe Garbati et Tatiana Pedrazzi (Istituto di Studi sul Mediterraneo Antico).

Les stimulantes discussions suscitées par ces présentations ont été poursuites dans une visite guidée par Philippe Leveau aux moulins de Barbegal. Nous remercions tous les participants de ce 5e colloque international HYDRΩMED pour les riches échanges scientifiques et personnelles que nous avons eu la chance de suivre et qui, nous le souhaitons, pourront se poursuivre en 2017 et 2018.

Journée d’étude sur l’aqueduc du Galermi : vie et évolution d’un aménagement hydraulique du territoire syracusain (Sicile)

C’est avec plaisir que nous vous annonçons la prochaine journée d’étude sur l’aqueduc du Galermi, qui se soutiendra le vendredi 14 octobre, à partir de 10 heures, à la salle Georges Duby de la MMSH, à Aix-en-provence.

La journée, organisée par la coordinatrice du réseau HYDRΩMED, la prof. Sophie Bouffier (AMU, CCJ), sera présidée par le directeur régional du Genio Civile de Syracuse, M. Zuccarello, et donnera lieu à la présentation des travaux conduits récemment dans le cadre du programme de recherche dirigé par Sophie Bouffier et soutenu par LabexMed (appels à projets APRIMED 2015-2016) : « HYDROSYRA – Gestion des ressources en eau d’un territoire méditerranéen de l’Antiquité à nous jours : le cas de l’aqueduc du Galermi à Syracuse »

Le programme de la journée est consultable ici :

affiche_hydrosyra_2bleu

IIIe symposium international du projet HYDRΩMED

Le IIIe symposium international du programme HYDRΩMED, intitulé « Approches géoarchéologiques et paléoenvironnementales de la gestion des ressources hydrauliques dans l’Antiquité », s’est tenu le vendredi 11 mars 2016 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence. Il a rassemblé une dizaine de chercheurs spécialistes des questions paléoenvironnementales (paléoclimatologie, paléohydrologie) et des problématiques géoarchéologiques associées à la gestion des ressources hydriques. Le colloque a été ouvert par Sophie Bouffier, directrice de la MMSH et coordinatrice du programme HYDRΩMED, et par les organisateurs de la rencontre, Julien Curie (ArScAn, Université de Paris 1) et Joël Guiot (CEREGE). Ces propos introductifs ont permis d’accueillir les chercheurs venus de France, d’Allemagne, d’Angleterre, d’Ecosse, d’Espagne et d’Autriche, en leur présentant synthétiquement les grands thèmes du programme HYDRΩMED et leur exposant les intérêts et les bénéfices scientifiques de cette rencontre qu’illustre un programme de la journée cohérent, riche et dense, avec une dizaine de communications scientifiques (d’une durée de 30 minutes chacune) séparées par plusieurs sessions de discussion.

conf climat_6 Après une communication introductive par Julien Curie qui a montré le caractère indispensable des approches géoarchéologiques et paléoenvironnementales à l’étude des ressources hydriques par les sociétés du passé, à travers différentes échelles spatio-temporelles, la première session de la matinée était consacrée aux reconstitutions paléoenvionnementales, paléoclimatiques et paléhydrologiques. Michel Magny (Université de Franche-Comté) a exposé ses nombreux et riches travaux concernant les restitutions paléoclimatiques basées sur les variations du niveau de lacs et des données polliniques et pu replacer le climat de l’Antiquité dans son contexte Holocène. Puis Joël Guiot a exposé une reconstruction du climat de l’Holocène en Méditerranée à partir de modélisations mathématiques issues de donnée polliniques. Ces deux communications ont montré les possibilités de démontrer les caractéristiques majeures des variations climatiques passées, mais également la complexité d’établir un modèle climatique certain pour la période antique, et des discussions sont toujours en cours concernant la complexité du climat méditerranéen à cette époque. Laurent Dezileau (Université de Montpellier) a poursuivi ce volet paléo-environnemental en exposant une reconstitution des crues extrêmes du Gardon (France) depuis le 14è siècle à partir d’une analyse paléohydrologique, mêlant analyses sédimentologiques et analyses géochimiques. Les approches géoarchéologiques et paléoenvironnementales se sont ensuite centré sur la région méditerranéenne à l’époque antique, avec la communication de Duncan Keenan-Jones (Université de Glasgow) sur les reconstructions paléoenvironnementales (évènements de tempêtes, variations paléohydrologiques, etc.) et les gestions de l’eau (réfections des structures hydrauliques) à travers l’étude de dépôts carbonatés préservés dans les aqueducs antiques de Rome, et celle de Gül Surmelihindi (Freie Universität Berlin) sur les facteurs environnementaux conditionnant la diffusion des technologies hydrauliques anciennes. La suite de la journée allait voir les exposés convaincants d’Herbert Weingartner (Université de Salzburg) sur l’étude de qanats anciens en Europe, particulièrement en Macédoine orientale (Grèce), à travers une approche environnementale, puis d’Hector Orengo (Université de Sheffield) sur la mise en évidence de stratégies mises en œuvre dans la gestion de l’eau et les pratiques agricoles en Espagne depuis l’Age du Bronze à l’époque romaine. S’est ensuite tenu l’exposé de Philippe Leveau (Aix-Marseille Université) et ses collaborateurs sur les dépôts carbonatés des Moulins de Barbegal et leur apport à la restitution du fonctionnement de la roue.  Enfin, la dernière session de la journée a vu les communications de Cécile Allinne (Université de Caen Normandie), qui a montré des exemples remarquables de gestion de contraintes liées à l’eau dans le monde romain (gestion de l’excès d’eau en milieu urbain et gestion des déplacementconf climats des lits fluviaux et des lignes de rivage), et de Ferréol Salomon (Université de Southampton) et ses collaborateurs sur la mise en œuvre de problématiques géoarchéologiques majeures à l’étude de la gestion de l’eau dans la ville d’Ostie (Italie) à l’époque romaine.

Le colloque s’est déroulé dans une ambiance conviviale et sérieuse, bénéficiant de l’accueil généreux de la MMSH et de l’aide d’acteurs du programme HYDRΩMED, Sabrina Hanks (gestionnaire) et Iván Fumadó Ortega (post-doctorant). Cette journée fut riche en discussions scientifiques, en échanges fournis et en controverses et débats bénéfiques, mettant l’accent sur une poursuite nécessaire de telles approches et le croisement permanent de discours et de résultats issus de nos travaux, au sein d’une recherche mutli-disciplinaire. Les actes seront proposés d’ici quelques mois aux éditions de la MMSH et/ou à l’éditeur d’une revue spécialisée.

Par Julien CURIE
Chercheur Post-doctorant – Géoarchéologue
Equipe d’Archéologies environnementales / UMR ArScAn 7041 – Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne
email : julien.curie@mae.u-paris10.fr

Water Management in Berlin

Les 11 et 12 février derniers s’est déroulée à Berlin (Allemagne) une très intéressante rencontre scientifique, organisée par le cluster d’excellence TOPOI, programme qui rassemble plus de 300 chercheurs de la Freie Universität Berlin, la Humboldt Universität zu Berlin, le Deutsches Archäologisches Institut, le Max-Plank Institut für Wissenschaftsgeschichte et la Stiftung Preuβische Kulturbesitz autour des thématiques de l’espace et du savoir des sociétés anciennes dans un contexte interdisciplinaire (https://www.topoi.org/). Il s’agissait de la deuxième rencontre du groupe A-3 sur la gestion de l’eau (https://www.topoi.org/group/a-3/) : coordonnée par la Prof. Dr. Brigitta Schütt, professeur de géographie, elle a réuni, pour la deuxième fois, des chercheurs de différentes disciplines telles que la géographie, l’histoire ancienne, le droit romain ou l’archéologie classique et médiévale pour y discuter et comparer leurs approches respectives sur des phénomènes et pratiques diachroniques. Quatre sessions ont organisé les discussions : une première consacrée à ‘Eau, climat et société’, une seconde à ‘Techniques hydrauliques et législations’, une troisième à ‘Eau et économie’ pour conclure par une 4e dédiée à ‘La gestion de l’eau dans l’archéologie antique’.20140213_workshop_water_management-1024x511

Brigitta Schütt (Freie Universität Berlin) a souligné dans son introduction le lien étroit entre les problématiques antiques et les enjeux climatiques actuels, en prenant comme postulat que les savoirs traditionnels et locaux sur la gestion de l’eau sont les seuls à garantir une gestion durable. Cette introduction a été complétée par Jonas Berking (Freie Universität Berlin) qui a fait une mise au point conceptuelle et terminologique sur les niveaux environnemental, technologique et social, de la gestion de l’eau.

Ensuite, les différents intervenants ont dressé un large panorama des différentes stratégies implémentées de l’Antiquité à nos jours dans des espaces variés. Ainsi John Oleson (University of Victoria, Canada), a exposé les stratégies complexes et nombreuses expérimentées par les Nabatéens, lorsqu’Iris Gerlach (DAI Berlin) s’est concentrée sur les pratiques du royaume de Saba au Yémen.

Stephanie Rost (Oriental Institute of Chicago) et Ingo Schrakamp (Freie Universität Berlin) ont exploité la riche documentation textuelle à leur disposition pour mettre en évidence les pratiques d’irrigation dans le sud de la Mésopotamie au IIIe millénaire av. J.-C. D’autres communications ont abordé les aspects juridiques des systèmes romains d’irrigation, ainsi Lauretta Maganzani (Università Cattolica del Sacro Cuore) avec une attention tout particulière à la Lex rivi Hiberiensis, ou Margueritte Ronin (Freie Universität Berlin), à partir des témoignages archéologiques de la région suburbaine de l’Urbs à la fin de l’époque républicaine. Un éclairage particulier a été donné à la péninsule ibérique, du Moyen Âge à l’époque contemporaine : d’abord par Christopher Gerrard (Durham University), qui s’est appuyé sur ses prospections du terrain et les systèmes d’irrigation islamiques encore en grande partie fonctionnels dans le nord-est de la péninsule Ibérique ; puis par Brian Beckers (Freie Universität Berlin) et Sarah Isselhorst (Freie Universität Berlin), qui ont étudié les conséquences géomorphologiques et sociétales provoquées par les variations des pratiques de gestion hydraulique au cours des siècles derniers dans le sud-est de l’Espagne.

Sophie Bouffier (Aix-Marseille Université et coordinatrice HYDRΩMED) et Monika Trümper (Freie Universität Berlin) ont débattu de plusieurs installations hydrauliques hellénistiques : respectivement, sur l’aqueduc Galermi de Syracuse et sur une série de piscines associées à des sanctuaires, gymnasia et palais de Méditerranée orientale.

Enfin, deux communications ont été consacrées à la technologie de mécanismes hydrauliques, les engins élévateurs d’eau, par Gül Sürmelihindi (Freie Universität Berlin et partenaire HYDRΩMED) et par Elio Nenci (Università degi Studi di Milano). La première s’est placée du point de vue des conditions paléo-environnementales et le deuxième a exploré l’iconographie mésopotamienne et nilotique. La rencontre s’est achevée avec un exemple d’application de nouvelles technologies, à savoir le laser-scanner 3D, au micro-relevé d’objets sophistiqués tels que les horloges d’eau égyptiennes, modélisé par Anette Schomberg (Freie Universität Berlin).

Les discussions suscitées par ces présentations ont été très stimulantes. Nous souhaitons au groupe berlinois une bonne continuation des travaux. Le cinquième symposium international HYDRΩMED, du 30 mai au 1er juin, auquel les collègues allemands sont cordialement invités, offrira une nouvelle occasion de poursuivre les échanges scientifiques.

IIe symposium international du projet HYDRΩMED

Le 2e colloque HYDRΩMED intitulé Installations hydrauliques et gestion de l’eau en Méditerranée au 1er millénaire avant J.-C. a eu lieu à l’université de Palerme entre le 3 et le 5 décembre 2015. Il a rassemblé une quinzaine de chercheurs, français, italiens, albanais, allemands, américains, espagnols, et grecs, autour des techniques d’approvisionnement et de stockage. Les deux premières journées ont été consacrées aux communications des chercheurs. Pendant la 1ère session, De l’Âge du Bronze à l’Âge du Fer, Raphaël Orgeolet nous a dressé un état des lieux de la recherche sur les politiques hydrauliques des Mycéniens tandis que Maria-Ausilia Fadda, qui n’avait pas pu se déplacer, nous avait envoyé un texte, lu par Iván Fumadó Ortega, sur les installations nuragiques en contexte cultuel. Romaric Bardet nous a proposé une relecture des citernes des acropoles d’Argos, rendue possible par ses fouilles récentes. La 2e session a abordé la question des politiques de grands travaux, à travers les ouvrages monumentaux attribués généralement par les sources littéraires aux grands régimes tyranniques : Panagiota Avgerinou et Stella Drini (dont la communication a été lue par Betsey Robinson) ont présenté leurs travaux récents sur les aqueducs de Mégare pour l’une et la fontaine dite de Théagénès pour l’autre, tandis que Sophie Bouffier a relaté les recherches en cours sur l’aqueduc Galermi de Syracuse. IMG_5760b

A droit, on suit avec intérêt l’exposé de Frerich Schön (Uni. Tübingen).

La 3e session s’est concentrée sur les citernes ou plus largement les structures de stockage. Les communications d’Iván Fumadó Ortega et Frerich Schön sur les installations puniques, celles d’Elena Sánchez López sur les citernes ibériques et de Nicolas Foulc sur les citernes indigènes d’Ensérune ont dressé un panorama large de ce type de structures, panorama qui a montré la diversité des choix, mais aussi les analogies entre certaines sociétés. La 4e et dernière session a orienté la réflexion sur des sites spécifiques : Diego Elia et Valeria Meirano ont alimenté la discussion en décrivant l’égout découvert dans leurs fouilles de Locres, égout qui traversait la ville malgré ses dimensions impressionnantes au 6e s. av. J.-C. Lorenzo Nigro a souligné les liens entre symbolique cultuelle et astrologique et installations hydrauliques du sanctuaire du Kothon de Mozia. Nos hôtes palermitains, Oscar Belvedere et Stefano Vassallo, aidés de Giovanni Polizzi, nous ont préparés à la visite du samedi par un tableau des choix faits par les Solontins et des Himéréens pour s’adapter au contexte hydrologique de leur ville.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A gauche, le groupe monte la rue principale de l’ancienne cité de Solunte.

Le dernier jour, en effet, a été très riche en discussion sur ces sites en particulier à Solunte, où grâce aux compétences rares de l’hydrogéologue Vincent Ollivier, des questions jusque-là irrésolues ont trouvé une réponse. Le soleil nous a accompagnés tout au long de cette journée, au point que certains d’entre nous ont retravaillé leur bronzage….

20151205_144326

On discute a Himera sur l’interpretation historique et politique des distributions d’îlots.

Les  échanges de cette 2e rencontre HYDRΩMED se sont déroulés dans une joyeuse convivialité,  entretenue par la générosité de la cuisine palermitaine et l’hospitalité de Stefano Vassallo et Oscar Belvedere. Les actes seront proposés d’ici quelques mois à la collection de la Bibliothèque d’Antiquité Méditerranéenne et Africaine, publiée par Errance-Actes Sud.

 

Les carbonates archéologiques : une mémoire de la gestion de l’eau

« Si l’on y trempe un roseau ou tout autre chose, on trouve pétrifiée la partie qui était dans l’eau, sans que celle qui était dehors ait éprouvé le moindre changement » nous rapporte Vitruve (1er s. av. J.-C.), avant de poursuivre : « Il en est de même à Hiérapolis, en Phrygie, d’une grosse source d’eau bouillante. Dans les fossés qui entourent les jardins et les vignes où elle coule, elle forme au bout d’un an une croûte de pierre qui en tapisse les deux bords » (De Architectura, Livre VIII, 3). Le témoignage de Vitruve, rejoint sur ce thème par d’autres récits antiques (Géographie de Strabon, Histoires Naturelles de Pline l’Ancien, Questions Naturelles de Sénèque), atteste de l’observation et de la prise en compte dès l’Antiquité du phénomène d’encroûtement (de structures et d’objets) et de la formation de dépôts carbonatés par certaines eaux continentales. De plus, ces carbonates continentaux, lorsqu’ils atteignent une certaine puissance et que l’on nomme travertins (le lapis tiburtinus des Romains) lorsqu’ils précipitent à partir d’une source chaude, ou tufs calcaires lorsqu’ils sont issus d’eaux froides et superficielles, ont été l’objet d’une exploitation pour l’édification d’un certain nombre de monuments antiques, par exemple le Colisée à Rome, les temples grecs de Paestum (Italie), ou encore ceux de Ségeste (Sicile), pour ne citer que ceux-là.

Ainsi sommes-nous en présence de sédiments précipités par les eaux continentales, qui occupent alors une certaine place dans l’économie générale des sociétés humaines de l’Antiquité, participant à l’observation et la compréhension des processus naturels par les érudits, à la construction des paysages, et influençant les activités quotidiennes ou saisonnières liées aux pratiques hydrauliques des anciens.

Pourquoi s’intéresser actuellement aux carbonates archéologiques ?

Sont appelés « carbonates archéologiques » les dépôts carbonatés continentaux, cités précédemment, dont la formation (la précipitation) et le développement sont liés, plus ou moins directement, à des activités humaines du passé. Evoqués uniquement de manière quasi-anecdotique dans les manuels généraux consacrés à la géoarchéologie (Rapp & Hill (1998) et Goldberg & Macphail (2006) ne mentionnent que les dépôts carbonatés fluviatiles ou les précipitations de grotte liés à des occupations préhistoriques, et l’ouvrage de Davidson & Shackley (1976), s’il a le mérite de parler des dépôts d’aqueducs et autres canalisations et tuyaux, n’y consacre qu’un unique et maigre paragraphe), il faut l’étude pionnière de l’aqueduc de Nîmes dans les années 1990 et la publication de la monographie associée (Fabre et al., 2000) pour une véritable intégration des dépôts carbonatés au sein de programmes pluri-disciplinaires consacrés à l’étude des structures hydrauliques du passé. Depuis quelques années, leur prise en compte dans les problématiques archéologiques s’intensifient et un certain nombre de travaux démontrent leur fort potentiel tant géoarchéologique que paléoenvironnemental. Tout d’abord, les dépôts carbonatés continentaux offrent un fort potentiel de préservation des sites archéologiques ; ils sont un support efficace de l’enregistrement des occupations et des activités humaines de toute nature et de toute période (par exemple pour des périodes préhistoriques (Antoine et al., 2006), ou pour l’époque gallo-romaine (Curie et al., 2011)). De plus, les carbonates continentaux sont des enregistreurs fiables des variations environnementales et des activités géodynamiques, et sont ainsi largement utilisés pour reconstituer les climats et les conditions hydrologiques du passé (nombreux travaux sur les spéléothèmes ; les études sur les lamines carbonatés de l’aqueduc de Fréjus : Bobée et al., 2010 ; Dubar, 2006a, 2006b). Parallèlement à ce potentiel paléo-environnemental, les carbonates archéologiques rendent également compte de dynamiques anthropiques (gestion des structures, gestion de l’eau). Des études récentes mises en œuvre sur les dépôts préservés dans des structures hydrauliques antiques (Carlut et al., 2009 ; Sürmelihindi et al., 2014) en témoignent. Les travaux que nous avons pu entreprendre sur le site antique de Jebel Oust, en Tunisie (Curie, 2013) s’inscrit parfaitement dans ce sens, avec l’apport d’informations originales et primordiales concernant, entre autres, le fonctionnement et les conditions d’exploitation d’une source chaude durant l’Antiquité, le déroulement des pratiques cultuelles autour de cette source (Curie et al., 2015), les pratiques balnéaires romaines et l’architecture de thermes antiques (Broise & Curie, 2014), et l’impact des activités humaines sur la précipitation des carbonates (Curie & Petit, 2014). Il s’agGalermi_concretions(1)it ainsi de faire parler les dépôts carbonatés afin de fournir un discours cohérent sur la gestion des structures antiques (nature et fonction des bâtiments, durée de fonctionnement des structures, réfection des structures bâties) et des eaux exploitées (nature des eaux, refroidissement des eaux chaudes, assèchement de la source chaude).

 

 

Dépôts de carbonates sur les parois du canal du Galermi, région de Syracuse (Sicile)

 

L’ensemble des travaux cités précédemment mettent en valeur le fort potentiel des dépôts carbonatés et tendent à démontrer qu’ils représentent un véritable document archéologique, une mémoire de l’eau et une fenêtre sur les dynamiques socio-environnementales du passé. Il est nécessaire de les prendre en compte et de les étudier à travers une approche pluridisciplinaire, mise en place au sein de problématiques d’archéologie environnementale et de géoarchéologie.

Les dépôts carbonatés dans le programme HYDRΩMED :

L’étude des carbonates archéologiques s’inscrit dans l’axe 1 « Géoarchéologie et Paléo-environnement » du programme HYDRΩMED et concerne à l’heure actuelle principalement l’étude du canal du Galermi alimentant la cité de Syracuse, en Sicile. Le captage par le canal du Galermi des eaux très carbonatées d’un cours d’eau, la Calcinara, a engendré la précipitation tout au long de ce canal d’importants dépôts calcaires (cf. photo). Notre démarche géoarchéologique mise en œuvre sur ce site cherche à caractériser parfaitement le modèle hydrogéologique actuel de la région, en analysant les caractéristiques physico-chimiques des eaux et des sédiments associés. Il s’agit ainsi de cerner les dynamiques hydrologiques et leurs conséquences sur la saisonnalité de la précipitation des carbonates.
Plusieurs pistes de travail sont appliquées concernant les dépôts carbonatés du canal, abordées simultanément lors des campagnes sur le terrain et des analyses en laboratoire :
– L’analyse de la répartition des dépôts tout au long de ce canal complexe (captages multiples, fonctionnement diachronique, formes architecturales variables) ;
– Leur position stratigraphique, leur géométrie et leur morphologie ;
– La définition des faciès sédimentologiques : la signature pétrographique, minéralogique et géochimique des carbonates ;
– La caractérisation des environnements de dépôt de l’amont à l’aval.

L’acquisition et la confrontation de l’ensemble des données recueillies nous permettront de proposer un discours pertinent à la réflexion portée sur le fonctionnement et l’histoire du canal du Galermi :
l’évolution du canal dans son environnement, la caractérisation des vitesses de dépôt sédimentaire au sein des structures anthropiques, des propositions de durée d’utilisation des structures, la mise en évidence de traces de réfection du canal, des informations sur la nature des eaux exploitées. Cette démarche géoarchéologique, qui réunit dans le programme HYDRΩMED un certain nombre de spécialistes des sédiments carbonatés continentaux, prend toute son importance dans la question des ressources hydrauliques et de la relation homme-environnement dans l’Antiquité.

Par Julien CURIE
Chercheur Post-doctorant – Géoarchéologue
Equipe d’Archéologies environnementales / UMR ArScAn 7041 – Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne
email : julien.curie@mae.u-paris10.fr

Références bibliographiques :

Antoine, P., Limondin-Lozouet, N., Auguste, P., Locht, J.-L., Galheb, B., Reyss, J.-L., Escudé, É., Falguères, C., Voinchet, P. (2006) – Le tuf de Caours (Somme, France) : mise en évidence d’une séquence Éemienne et d’un site paléolithique associé. Quaternaire, 17(4), 281-320.

Bobée, C., Huon, S., Guendon, J.-L., Salomon, J., Gébara, C., Michel, J.-M., Regert, M. (2010) – High-resolution (PIXE) analyses of carbonate deposits in a roman aqueduct (Fréjus, SE France): palaeohydrological variability and water ressources management in southern Gaul during the Roman period. Archaeometry, 53, 241-260.

Broise, H., Curie, J. (2014) – L’étude de travertins carbonatés du sanctuaire de Jebel Oust (Tunisie) : une contribution à l’analyse diachronique, fonctionnelle et architectural des thermes, dans Boussac M.-F., Denoix S., Fournet Th. & Redon B. (éd.) Balaneia, Thermes et Hammams – 25 siècles de bain collectif (Proche-Orient, Egypte et Péninsule Arabique), Édition Balnéorient/IFAO/IFPO, 4 tomes, p. 573-583.

Carlut, J., Chazot, G., Dessales, H., Letellier, E. (2009) – Trace element variations in an archaeological carbonate deposit from the antique city of Ostia : Environmental and archaeological implications. C. R. Geoscience 341, Geochemistry (Isotopic Geochemistry), 10-20.

Curie, J. (2013) – Les travertins anthropiques, entre histoire, archéologie et environnement : étude géoarchéologique du site antique de Jebel Oust, Tunisie. Thèse de doctorat, Université de Bourgogne, 327 p.

Curie, J., Petit, C., Ben Abed, A., Scheid, J. (2015) – Étude géoarchéologique d’un lieu de culte implanté sur une source thermale : le sanctuaire de Jebel Oust (Tunisie), dans Dechezleprêtre Th., Gruel K. & Joly M. (dir.) Agglomérations et sanctuaires – Réflexions à partir de l’exemple de Grand, Collection Grand, Archéologie et territoire, Conseil départemental des Vosges, p. 275-289.

Curie, J., Petit, C. (2014) – Geoarchaeology of « anthropogenic » travertine: a story of water and life etched in stone, European Geologist, 38, p. 21-24.

Davidson, D.A., Shackley, M.I. (ed.) (1976) – Geoarchaeology – Earth Science and the Past. Duckworth Edition, London, 408 p.

Dubar, M. (2006a) – Approche climatique de la période romaine dans l’est du Var : recherche et analyses des composantes périodiques sur un concrétionnement centennal (Ier-IIe siècle apr.J.-C.) de l’aqueduc de Fréjus. ArchéoSciences, revue d’archéométrie, 30, 163-171.

Dubar, M. (2006b) – Recherche et interprétation climatique des microcycles du concrétionnement travertineux de l’aqueduc romain de Fréjus (Var, France). Quaternaire, 17 (2), 79-85.

Fabre, G., Fiches, J.-L., Paillet, J.-L. (dir.) (2000) – L’aqueduc de Nîmes et le Pont du Gard. Archéologie, géosystème, histoire. CNRS Editions, CRA Monographies, 542 p.

Goldberg, P., Macphail, R.I. (2006) – Practical and theorical geoarchaeology. Wiley-Blackwell Editions, 486 p.

Rapp Jr., G.R.., Hill, C.L. (1998) – Geoarchaeology – The Earth Science Approach to Archaeological Interpretation. Yale University Press, New Haven and London, 274 p.

Sürmelihindi, G., Passchier, C.W., Spötl, C., Kessener, P., Bestmann, M., Jacob, D.E., Baykan, O.N. (2013) – Laminated carbonate deposits in Roman aqueducts: Origin, processes and implications. Sedimentology, 60/4, 961-982.

Ier symposium international du projet HYDRΩMED (suite)

Dans le cadre du Ier symposium international du projet HYDRΩMED, les 16, 17 et 18 juillet 2015, nous avons visité quelques installations hydrauliques d’Athènes, Mégare, Corinthe et le sanctuaire d’Amphiaraos à Oropos grâce à la disponibilité et à la générosité de nos collègues grecs et américains.

Efstathios D. Chiotis, ancient directeur de l’Institut de Géologie et d’exploration minière d’Athènes, nous a guidés dans une promenade archéologique le long de l’ancien lit de l’Ilissos, qui s’écoule aujourd’hui sous l’Avenue Vasileos Konstantinou. John M. Camp, directeur des fouilles de l’ASCSA sur l’agora d’Athènes, nous a présenté l’état actuel de la fouille américaine sur les limites nord de l’agora où l’ASCSA est en train de fouiller un portique d’époque classique. Une attention toute particulière a été portée à la typologie des puits et canalisations d’eau de cette zone ainsi qu’au lit de l’Eridanos. Au Céramique, Jutta Stroszeck, directrice de la mission allemande du site, nous a expliqué les phases de construction de la fontaine du Dipylon et des citernes aménagées dans un des premiers édifices de la route de l’Académie. Dans la soirée du 17 juillet, Olga Dakoura Vogiatzoglou et Maria Dourou, archéologues de l’Ephorie d’Athènes, nous ont fait visiter les collines occidentales du Nympheion et de la Pnyx, riches de murs cyclopéens et de structures en négatif creusées dans la roche, et où se situe la fontaine Kallirhoé, bien connue de Pausanias.

Eridanos low res

 

Sondage pratiqué dans la limite nord de l’agora d’Athènes où se trouve l’ancien lit de l’Eridanos. De haut en (très) bas : Bruno Arfib, John Camp, John Hopkins, Betsey Robinson et Sophie Bouffier (Foto: IFO).

 

Avec Panagiota Avgerinou, responsable du musée archéologique de Mégare, et Stella Dreni nous sommes descendus à l’intérieur de l’ancien aqueduc du Megara et avons visité la fontaine archaïque, dite de Théagène, avec ses belles colonnes octogonales. Enfin, Betsey Robinson et Thea Kopetonsky nous ont proposé une visite détaillée des fontaines de Corinthe « riche en eau », où la fameuse Peirènè a attiré tout particulièrement notre attention avec son archéologie complexe et sa très riche histoire. Mais nous avons pu aussi souligner l’importance des rites aux nymphes. Le 19 juillet, les quelques collègues encore présents ont réfléchi avec Anna Androvitsanea sur l’alimentation en eau du sanctuaire du héros médecin, Amphiaraos, où le système hydraulique est complexe et reste à comprendre.

Peirene low res

À l’Ouest de la fontaine corinthienne de Peirene. De droit à gauche : Theodora Kopestonsky, Sophie Bouffier, Julien Curie, Lavdosh Jaupaj, Bruno Arfib, Betsey Robinson et Anna Androvitsanea (Foto: IFO).

 

Pour tous les participants, ce Ier symposium international du projet HYDRΩMED a ouvert des perspectives très stimulantes. Entre exposés et visites de terrain, chacun a pu profiter des discussions scientifiques qui ont favorisé le croisement des données et des méthodologies. L’hospitalité, la disponibilité et la générosité des collègues grecs ont largement contribué à la convivialité et à la chaleur amicale des échanges.

Ier symposium international du projet HYDRΩMED

Les 15 et 16 juillet derniers, nous avons tenu en Grèce, à l’American School for Classical Studies at Athens et à l’École française d’Athènes, le Ier symposium international du projet HYDRΩMED. Nous sommes très reconnaissants à ses directeurs, Jim Wright et Alexandre Farnoux, de leur hospitalité. Pendant ces deux jours nous avons eu le plaisir d’entendre et de discuter une quinzaine de communications, présentées en anglais, français, grec et italien, sur les cultes et les cultures de l’eau dans le monde grec égéen, mais aussi dans les périphéries du monde grec, comme Corinthe, Athènes, Elis, Syracuse, Himère, les cités phéniciennes et Rome,Presentation BR entre autres sites.

15 juillet: Betsey Robinson ouvre le Symposium dans le Cotsen Hall de l’American School for Classical Studies at Athens.

Parmi les problématiques les plus suggestives débattues pendant ces deux jours, on citera les rapports et connexions symboliques entre la fontaine de Peirénè à Corinthe et  celle d’Aréthuse dans la fondation corinthienne de Syracuse ; mais les parallélismes proposés entre les travaux hydrauliques tardo-archaïques romains, grecs et phéniciens ou, encore, les comparaisons entre plusieurs rituels et cultes de nymphes, se sont révélés également d’un très grand intérêt.Presentation SB

16 juillet: Sophie Bouffier préside la séance dans la salle de conférences de l’École française d’Athènes.

Les discussions qui s’en sont suivies entre orateurs et participants, ainsi que les visites des jours suivants, dont on parlera dans le prochaine billet, ont été le complément idéal à ces deux sessions intenses de travail, et ont démontré que l’étude des cultes et des cultures de l’eau en Méditerranée préromaine offre de grandes perspectives de recherche sur les liens religieux et symboliques entre plusieurs divinités, sociétés et époques, qu’il faudra continuer à mettre en lumière. Nous nous estimerons très satisfaits si ce Ier symposium international du projet HYDRΩMED a fait un pas dans cette direction.

GroupeDevant le parvis de l’École française d’Athènes. De droite à gauche : Sophie Bouffier, Theodora Kopestonsky, Bruno Arfib, Andrew Stewart, John Hopkins, Olga Dakoura Vogiatzoglou, Lavdosh Jaupaj, Betsey Robinson, Maria Dourou, Signe Barfoed, Anna Androvitsanea, Iván Fumadó Ortega et Bronwen Wickkiser.

 

HYDRΩMED décolle !

HYDRΩMED a démarré le 6 février dernier avec la réunion de lancement du projet. Les partenaires originaires d’Albanie, d’Allemagne, des États-Unis, d’Espagne, de France, d’Italie, du Royaume-Uni et de Turquie, sont venus à Aix-en-Provence pour discuter des intérêts et des objectifs communs, ainsi que des méthodologies et des trajectoires professionnelles de chacun. Cette rencontre a également permis de faire connaissance les uns avec les autres. Nous ne sommes pas seulement un groupe de chercheurs interdisciplinaire, mais aussi un groupe polyglotte !

Après une introduction de la coordinatrice, Sophie Bouffier, les responsables des quatre axes ont présenté successivement leurs idées et programmes d’activités. Nous avons alors échangé sur nos apports scientifiques individuels dans le cadre d’un ou plusieurs axes, des outils numériques appropriés pour partager nos données, de la manière dont nous pourrions mieux exploiter la complémentarité de nos recherches, et de la façon la plus satisfaisante par laquelle nous pourrions donner de la visibilité.

Le projet fait ainsi ses premiers pas. Il est évident pour nous tous que notre groupe, si hétérogène et pluriel soit-il, a un grand potentiel scientifique. Le défi pour nous sera de réussir à ne pas juxtaposer nos résultatRéunion février 2015s individuels, mais à produire ensemble de nouvelles connaissances avec la valeur ajoutée que le cadre d’HYDRΩMED, vraiment interdisciplinaire, nous permet. En ce sens, les prochains 18 mois seront très stimulants.